Se jeter à l’eau

Bonjour, je découvre la communauté Nouvelles Plumes et ce forum qui a l’air très sympa. Alors comme je le dis dans le titre, je me jette à l’eau et vais imiter celles et ceux qui se présentent ici car j’ai envie de partager cette aventure avec d’autres auteurs et lecteurs. Je ne connaissais pas du tout Nouvelles Plumes avant d’y poster mon premier roman. Je m’appelle Candice, j’ai 39 ans, 5 enfants et je vis à La Flèche. Je lis depuis l’enfance et j’adore les belles histoires d’amour. Je suis romantique et j’aime beaucoup les romans de la littérature classique ainsi que le théâtre et la mythologie. Mon premier roman est le fruit d’un peu tout ça, de ce que je suis, de ce que j’aime et des lectures qui m’ont nourrie et façonnée. Je suis stressée de le faire évaluer car je suis sensible et redoute les critiques mais c’est indispensable pour progresser, je le sais. Savez-vous s’il est possible de mettre à jour le manuscrit en cours d'évaluation, car je l’ai modifié et cela m’ennuie de ne pas avoir pu proposer cette dernière mouture? 
A celles et ceux qui embarqueront sur mon navire, je vous souhaite un agréable voyage en contrée basque, lieu où j’ai planté mon intrigue. 
Au plaisir d’échanger !
Candice 

Réponses

  • 21 Réponses sorted by Votes Date Added
  • Bonjour, je découvre la communauté Nouvelles Plumes et ce forum qui a l’air très sympa. Alors comme je le dis dans le titre, je me jette à l’eau et vais imiter celles et ceux qui se présentent ici car j’ai envie de partager cette aventure avec d’autres auteurs et lecteurs. Je ne connaissais pas du tout Nouvelles Plumes avant d’y poster mon premier roman. Je m’appelle Candice, j’ai 39 ans, 5 enfants et je vis à La Flèche. Je lis depuis l’enfance et j’adore les belles histoires d’amour. Je suis romantique et j’aime beaucoup les romans de la littérature classique ainsi que le théâtre et la mythologie. Mon premier roman est le fruit d’un peu tout ça, de ce que je suis, de ce que j’aime et des lectures qui m’ont nourrie et façonnée. Je suis stressée de le faire évaluer car je suis sensible et redoute les critiques mais c’est indispensable pour progresser, je le sais. Savez-vous s’il est possible de mettre à jour le manuscrit en cours d'évaluation, car je l’ai modifié et cela m’ennuie de ne pas avoir pu proposer cette dernière mouture? 
    A celles et ceux qui embarqueront sur mon navire, je vous souhaite un agréable voyage en contrée basque, lieu où j’ai planté mon intrigue. 
    Au plaisir d’échanger !
    Candice 
    Bonjour Candice et bienvenue parmi nous... oui je te confirme, la communauté Nouvelles Plumes et son forum sont sympas :)

    Tu as bien raison de te présenter, car cela attire l'attention sur toi et sur ton roman... or ce dont beaucoup de romans - dont d'excellents - souffrent, c'est justement d'un défaut d'exposition, ce qui hélas pour eux ne leur vaut souvent que peu de fiches :( Mais bon, telle est la dure loi de ce milieu, que tu auras à affronter si tu es éditée (par NP ou - surtout - si tu t'autoédites).

    Excuse mon ignorance géographique, mais La Flèche, je ne connais pas... Google-qui-sait-tout me dit que c'est dans la Sarthe... tu confirmes ?

    Quant à la confrontation aux critiques, ma foi, je sais ce que c'est, surtout quand on est sensible (mais quel artiste ne l'est pas ?). Après, comme le chante si bien Zazie dans sa rue de la paix, j'achète un monde où tout le monde gagne... le problème, c'est que cet article n'est même pas en stock chez Amazon...

    Quant à la mise à jour d'un manuscrit en cours d'éval, ce n'est hélas pas possible... ou alors ce serait nouveau...

    Sinon, n'hésite pas à nous présenter ton roman de la côte basque... un peu de promo n'est pas interdite ;)

    D'ailleurs je vais commencer par faire la promo du prochain, que je suis en train de planifier en ce moment même en laissant un indice : vu un élément de ta vie dont tu fais état dans ta présentation, tu n'es pas le pendant féminin de mon protagoniste ;)

  • Merci de ton accueil TNK ! 
    Cela m'a valu un bon moment de lecture. 
    Alors oui, comme te l'a dit Google, La Flèche se situe bien dans la Sarthe. Une ville qui gagne en notoriété pour son Zoo notamment car il y a une émission télé "Une saison au zoo" qui est diffusée depuis quelques saisons. Bref, c'est chouette, et je m'y plais, c'est la ville et la campagne à la fois. Mon coeur est néanmoins ancré dans des contrées qui m'ont vue grandir: Orléans et au hasard: le pays basque! C'est pour cet effet madeleine de Proust que j'ai choisi de planter l'intrigue de mon premier roman dans une ville qui me parle : Saint-jean-de-Luz. En écrivant, je me suis aperçue à quel point il était nécessaire de connaître les lieux pour être vraisemblable et authentique.

    En littérature, je suis une fan inconditionnelle de Flaubert. J'ai beaucoup lu sa correspondance. C'est un maître pour moi. Savoir qu'il s'est rendu sur les lieux dont il voulait parler m'a servi d'exemple. 

    Ah, je te remercie de m'avoir mis en tête la chanson de Zazie que j'adore (Zazie tout court d'ailleurs, pas que la chanson)! Cela me permet de dévoiler un aspect de mon roman: Il comporte beaucoup d'extraits de chansons que j'aime. J'ai eu envie de les incorporer comme parties intégrantes du récit. Même si le lecteur ne les connaît pas, il pourra lire le sens des paroles. Si cela lui donne envie d'écouter la chanson, tant mieux, s'il aime la chanson, encore tant mieux ! Mais c'est un parti pris d'auteure. 

    Mon roman est un mélange de tout çà: mes inspirations, mes références, mes envies. Il y a beaucoup de descriptions car j'adore l'idée de transposer des sensations et de mettre en mots. Je suis sensible à la plume d'auteurs comme Francis Ponge et Philippe Delerm. J'aime la précision chirurgicale, les détails, j'aime dire ce qui va de soi, car ce qui va de soi va encore mieux en étant dit. J'aime les états introspectifs aussi.

    Et puis, l'amour est un sujet intarissable! Je suis une grande rêveuse, j'aime les histoires d'amour, j'aime la finesse dans le monde de brutes... 

    Cela ressemble à la de la promo, mais je suis à fond! Passionnée et sensible! J'ai donc envie de porter à bout de bras ce premier roman!

    Pour finir: j'adore ton énigme! D'autant que je ne l'ai pas encore résolue! Je cherche ce pendant masculin qui s'oppose à moi ! Si je trouve, je reviens le dire! Ravie en tout cas de cet échange. 
  • TNKTNK Messages 918

    Merci de ton accueil TNK ! 
    Cela m'a valu un bon moment de lecture. 
    Alors oui, comme te l'a dit Google, La Flèche se situe bien dans la Sarthe. Une ville qui gagne en notoriété pour son Zoo notamment car il y a une émission télé "Une saison au zoo" qui est diffusée depuis quelques saisons. Bref, c'est chouette, et je m'y plais, c'est la ville et la campagne à la fois. Mon coeur est néanmoins ancré dans des contrées qui m'ont vue grandir: Orléans et au hasard: le pays basque! C'est pour cet effet madeleine de Proust que j'ai choisi de planter l'intrigue de mon premier roman dans une ville qui me parle : Saint-jean-de-Luz. En écrivant, je me suis aperçue à quel point il était nécessaire de connaître les lieux pour être vraisemblable et authentique.

    En littérature, je suis une fan inconditionnelle de Flaubert. J'ai beaucoup lu sa correspondance. C'est un maître pour moi. Savoir qu'il s'est rendu sur les lieux dont il voulait parler m'a servi d'exemple. 

    Ah, je te remercie de m'avoir mis en tête la chanson de Zazie que j'adore (Zazie tout court d'ailleurs, pas que la chanson)! Cela me permet de dévoiler un aspect de mon roman: Il comporte beaucoup d'extraits de chansons que j'aime. J'ai eu envie de les incorporer comme parties intégrantes du récit. Même si le lecteur ne les connaît pas, il pourra lire le sens des paroles. Si cela lui donne envie d'écouter la chanson, tant mieux, s'il aime la chanson, encore tant mieux ! Mais c'est un parti pris d'auteure. 

    Mon roman est un mélange de tout çà: mes inspirations, mes références, mes envies. Il y a beaucoup de descriptions car j'adore l'idée de transposer des sensations et de mettre en mots. Je suis sensible à la plume d'auteurs comme Francis Ponge et Philippe Delerm. J'aime la précision chirurgicale, les détails, j'aime dire ce qui va de soi, car ce qui va de soi va encore mieux en étant dit. J'aime les états introspectifs aussi.

    Et puis, l'amour est un sujet intarissable! Je suis une grande rêveuse, j'aime les histoires d'amour, j'aime la finesse dans le monde de brutes... 

    Cela ressemble à la de la promo, mais je suis à fond! Passionnée et sensible! J'ai donc envie de porter à bout de bras ce premier roman!

    Pour finir: j'adore ton énigme! D'autant que je ne l'ai pas encore résolue! Je cherche ce pendant masculin qui s'oppose à moi ! Si je trouve, je reviens le dire! Ravie en tout cas de cet échange. 
    Ravi également de faire ta connaissance :)

    Mon père regarde "une saison au zoo"... moi j'ai un peu peur de me retrouver avec des images d'animaux chez le véto...

    C'est sûr que connaître les lieux qu'on décrit est un plus, mais bon, pour le reste, il y a google maps et des contacts sur place, ou alors des souvenirs de voyage (les siens ou ceux d'amis).

    Content de voir qu'il y ait une "authentique littéraire" sur un site qui normalement devrait l'être. Bon, je ne te cacherai pas que moi et Flaubert... mais tant mieux qu'il y en ait pour tous les goûts, que je respecte naturellement.

    Pour te dire, mon "maître" est... Steven Spielberg, qui - à ma connaissance - n'a jamais écrit de romans. Mais j'assume parfaitement mon style de cinéaste frustré, qui a trouvé comment, avec un logiciel de traitement de texte open source et quelques techniques de rédaction, réaliser les superproductions que j'ai dans la tête... d'ailleurs, les lecteurs ne s'y sont pas trompés, car dans les fiches que j'ai reçues sur mon roman de l'an dernier, dans la rubrique "ferait un bon film", est souvent revenu "on dirait déjà que c'est un film", "c'est écrit comme un scénario"... ce qui était mon but :)

    Quant aux extraits de chanson, attention : si ce ne sont pas les tiennes que tu aurais écrites, il faudra faire gaffe à ne mettre que de cours extraits de texte, sinon la SACEM risquerait de tiquer... (tu as par contre bien sûr le droit de t'y référer... moi aussi, je parle d'une chanson dans mon roman, mais je n'en donne pas le texte).

    Au niveau du style, il est clair qu'on est à des années-lumière l'un de l'autre... mais tu trouveras des amoureuses du détail en les personnes de Suzanne Gachenot (l'auteure de "Marguerite") et Isabelle Chavy (à qui l'on doit "Le secret d'Alix") :)

    Quant à mon énigme, je t'aide : 4+1 :)
  • Merci de ta réponse TNK, écoute, nos styles ont beau être aux antipodes, je trouve géniale ta démarche d’auteur et ton parti pris : écrire comme s’il s’agissait d’un scénario. Eh oui car:  et pourquoi pas ! N’est-ce- pas le propre de la création que de faire ce que l’on veut ? L’auteur est comme un «  Dieu » qui créé son monde, son univers tout entier avec ses lois, ses règles, ses codes. Alors tu as complètement raison je pense de le faire, à ta guise. La création c’est l’apanage des auteurs et donc je ne peux qu’approuver et encourager ta démarche ! J’adore les gens qui « font »au détriment de ceux qui consomment et pire, se contentent de critiquer. 
    Spielberg est bien évidemment une référence et je comprends qu’il puisse t’avoir donner l’envie de. C’est top !
    On a toutes et tous ce genre de maître en tête qui ont influencé notre parcours et je trouve excellente l’idée de parler de nos inspirateurs. J’ouvrirais bien un post à ce sujet tiens !
    merci de tes conseils et de tes recommandations, je vais regarder tout cela de plus près.
    Sinon tu es d’ou toi ?
    Ta remarque concernant les animaux du zoo m’a parlé car comme toi je ne supporte pas la souffrance animale. Dans cette émission il y a en effet quelques scènes véto mais ça reste pudique, ouf car j’en pleurerais ! Je pratique l’équitation donc bien sûr, je suis sensible aux animaux. Je suis intolérante à leur souffrance. Bref !
    Bon, sinon, est-ce que par hasard le héros de ton prochain roman serait un homme qui n’aurait pas d’enfant ?
  • Bienvenue ! 
  • TNKTNK Messages 918
    Merci de ta réponse TNK, écoute, nos styles ont beau être aux antipodes, je trouve géniale ta démarche d’auteur et ton parti pris : écrire comme s’il s’agissait d’un scénario. Eh oui car:  et pourquoi pas ! N’est-ce- pas le propre de la création que de faire ce que l’on veut ? L’auteur est comme un «  Dieu » qui créé son monde, son univers tout entier avec ses lois, ses règles, ses codes. Alors tu as complètement raison je pense de le faire, à ta guise. La création c’est l’apanage des auteurs et donc je ne peux qu’approuver et encourager ta démarche ! J’adore les gens qui « font »au détriment de ceux qui consomment et pire, se contentent de critiquer. 
    Spielberg est bien évidemment une référence et je comprends qu’il puisse t’avoir donner l’envie de. C’est top !
    On a toutes et tous ce genre de maître en tête qui ont influencé notre parcours et je trouve excellente l’idée de parler de nos inspirateurs. J’ouvrirais bien un post à ce sujet tiens !
    merci de tes conseils et de tes recommandations, je vais regarder tout cela de plus près.
    Sinon tu es d’ou toi ?
    Ta remarque concernant les animaux du zoo m’a parlé car comme toi je ne supporte pas la souffrance animale. Dans cette émission il y a en effet quelques scènes véto mais ça reste pudique, ouf car j’en pleurerais ! Je pratique l’équitation donc bien sûr, je suis sensible aux animaux. Je suis intolérante à leur souffrance. Bref !
    Bon, sinon, est-ce que par hasard le héros de ton prochain roman serait un homme qui n’aurait pas d’enfant ?
    C'est surtout que c'est ma nature : j'imagine mes histoires en images, en rythme, montées comme un film... que j'essaie de décrire sous forme de romans. D'ailleurs au début, j'avais du mal à dire "mon projet de livre", et je me suis souvent surpris à dire "mon projet de film", ... alors que sa forme finale - du moins dans la finalité que je parviendrais à livrer - était bien celle d'un livre... dans le genre lapsus révélateur...

    Quant à Spielberg, ce n'est pas qu'à son génie de cinéaste à grand spectacle que je fais référence, mais à son univers, et notamment au rapport qu'entretient son oeuvre avec la question de l'enfance. Les héros des films authentiquement Spielbergiens - je ne parle pas là des commandes qu'il a effectuées pour des studios - sont rarement des super-héros. Ce sont même souvent des anti-héros qui se révèlent au cours de l'aventure. Je pense notamment - mais pas exclusivement - à Eliott, le héros d'ET.

    D'ailleurs je dois reconnaître que le roman le plus "Spielbergien" que j'ai pu lire était... un manuscrit NP, dont je n'étais PAS l'auteur, et qui n'a hélas pas été publié (il s'agit de "La fuite" de @Margaux Moya).

    Sinon je suis d'assez loin de la Sarthe et du Pays Basque vu que je suis du sud-est... de l'Alsace, à une trentaine de kilomètres de chez notre prix de la romance 2019 :)

    Oui, c'est ces questions de souffrance animale qui font que toutes ces émissions de zoo, veto... j'oublie. Ca me suffit quand je dois y aller avec mon chat, qui n'a hélas pas toujours eu une vie heureuse... quant aux chevaux, j'ai en projet d'adapter sous forme de roman ce qui m'a été raconté sur l'occupation pendant la 2nde guerre mondiale dans notre village, et là, il risque d'y avoir une scène assez dure question cheval... disons que si tu as lu les romans d'Angélina Delcroix, la marraine du prix des lecteurs, tu transposes ce qu'elle raconte dans ses romans sur un cheval et tu es assez proche du résultat final...

    Oui, le héros de mon prochain roman a - entre autres - pour caractéristique de ne pas avoir d'enfants...
  • Bienvenue ! 
    Merci Marion, je t’ai répondu sur un autre post, oups ! Je te demandais si tu es aussi en cours d’evaluation ? 
  • TNK a dit :
    Merci de ta réponse TNK, écoute, nos styles ont beau être aux antipodes, je trouve géniale ta démarche d’auteur et ton parti pris : écrire comme s’il s’agissait d’un scénario. Eh oui car:  et pourquoi pas ! N’est-ce- pas le propre de la création que de faire ce que l’on veut ? L’auteur est comme un «  Dieu » qui créé son monde, son univers tout entier avec ses lois, ses règles, ses codes. Alors tu as complètement raison je pense de le faire, à ta guise. La création c’est l’apanage des auteurs et donc je ne peux qu’approuver et encourager ta démarche ! J’adore les gens qui « font »au détriment de ceux qui consomment et pire, se contentent de critiquer. 
    Spielberg est bien évidemment une référence et je comprends qu’il puisse t’avoir donner l’envie de. C’est top !
    On a toutes et tous ce genre de maître en tête qui ont influencé notre parcours et je trouve excellente l’idée de parler de nos inspirateurs. J’ouvrirais bien un post à ce sujet tiens !
    merci de tes conseils et de tes recommandations, je vais regarder tout cela de plus près.
    Sinon tu es d’ou toi ?
    Ta remarque concernant les animaux du zoo m’a parlé car comme toi je ne supporte pas la souffrance animale. Dans cette émission il y a en effet quelques scènes véto mais ça reste pudique, ouf car j’en pleurerais ! Je pratique l’équitation donc bien sûr, je suis sensible aux animaux. Je suis intolérante à leur souffrance. Bref !
    Bon, sinon, est-ce que par hasard le héros de ton prochain roman serait un homme qui n’aurait pas d’enfant ?
    C'est surtout que c'est ma nature : j'imagine mes histoires en images, en rythme, montées comme un film... que j'essaie de décrire sous forme de romans. D'ailleurs au début, j'avais du mal à dire "mon projet de livre", et je me suis souvent surpris à dire "mon projet de film", ... alors que sa forme finale - du moins dans la finalité que je parviendrais à livrer - était bien celle d'un livre... dans le genre lapsus révélateur...

    Quant à Spielberg, ce n'est pas qu'à son génie de cinéaste à grand spectacle que je fais référence, mais à son univers, et notamment au rapport qu'entretient son oeuvre avec la question de l'enfance. Les héros des films authentiquement Spielbergiens - je ne parle pas là des commandes qu'il a effectuées pour des studios - sont rarement des super-héros. Ce sont même souvent des anti-héros qui se révèlent au cours de l'aventure. Je pense notamment - mais pas exclusivement - à Eliott, le héros d'ET.

    D'ailleurs je dois reconnaître que le roman le plus "Spielbergien" que j'ai pu lire était... un manuscrit NP, dont je n'étais PAS l'auteur, et qui n'a hélas pas été publié (il s'agit de "La fuite" de @Margaux Moya).

    Sinon je suis d'assez loin de la Sarthe et du Pays Basque vu que je suis du sud-est... de l'Alsace, à une trentaine de kilomètres de chez notre prix de la romance 2019 :)

    Oui, c'est ces questions de souffrance animale qui font que toutes ces émissions de zoo, veto... j'oublie. Ca me suffit quand je dois y aller avec mon chat, qui n'a hélas pas toujours eu une vie heureuse... quant aux chevaux, j'ai en projet d'adapter sous forme de roman ce qui m'a été raconté sur l'occupation pendant la 2nde guerre mondiale dans notre village, et là, il risque d'y avoir une scène assez dure question cheval... disons que si tu as lu les romans d'Angélina Delcroix, la marraine du prix des lecteurs, tu transposes ce qu'elle raconte dans ses romans sur un cheval et tu es assez proche du résultat final...

    Oui, le héros de mon prochain roman a - entre autres - pour caractéristique de ne pas avoir d'enfants...
    Je serais curieuse de lire un peu de tes romans ! Le côté cinématographique de ta prose m’intrigue tout autant. Tu sais que Flaubert est considéré comme un précurseur en la matière ? Ses descriptions sont parfois de vrais travellings. Je pourrai t’en dire plus si le sujet t’intéresse ou te donner des articles à lire. Je conçois complètement ton style vu sous cet angle et j’aime l'idée d’un vrai parti pris d’auteur. Bravo !
    Et sinon: je ne supporte pas la souffrance animale et je suis hyper sensible. A tel point que je ne pourrai jamais visionner certains films comme L’ours de J.J. Annaud, Deux frères, Belle et Sébastien etc. Le cheval est un animal tellement extraordinaire que je ne crois pas que j’arriverai à endurer la lecture d’un texte ou je le vois souffrir. Je me prive du coup de bonnes lectures et de bons films mais c’est au dessus de mes forces
  • Je n'ai pas vu :O j'ai pas les yeux en face des trous. Oui, en pleine éval' jusqu'au 23 ou 26 mai, je crois. 

    Je suis le sujet sur la souffrance animale et je te rejoins totalement sur l'incapacité de regarder des films à cause de ça. Dans "The revenant" je me suis arrêtée à cause ça, sans parler des documentaires animaliers tout court où en général, on finit par voir un animal souffrir. Ça donne envie de casquer le reporter xD 
  • Coucou Marion, merci de ta réponse ! Ravie de lire que nous avons ce point commun concernant le respect de l’animal ! Si seulement c'était inné ! Je ne comprendrai jamais comment on peut faire souffrir sciemment un animal, enfin ... 
    Je suis solidaire de l’aventure évaluative alors je te souhaite bonne chance. Nos romans ne sont pas du tout dans le même registre mais rien n’empêche de partager des ressentis et impressions en cours de parcours ! Au plaisir de te lire !

  • TNK a dit :
    Merci de ta réponse TNK, écoute, nos styles ont beau être aux antipodes, je trouve géniale ta démarche d’auteur et ton parti pris : écrire comme s’il s’agissait d’un scénario. Eh oui car:  et pourquoi pas ! N’est-ce- pas le propre de la création que de faire ce que l’on veut ? L’auteur est comme un «  Dieu » qui créé son monde, son univers tout entier avec ses lois, ses règles, ses codes. Alors tu as complètement raison je pense de le faire, à ta guise. La création c’est l’apanage des auteurs et donc je ne peux qu’approuver et encourager ta démarche ! J’adore les gens qui « font »au détriment de ceux qui consomment et pire, se contentent de critiquer. 
    Spielberg est bien évidemment une référence et je comprends qu’il puisse t’avoir donner l’envie de. C’est top !
    On a toutes et tous ce genre de maître en tête qui ont influencé notre parcours et je trouve excellente l’idée de parler de nos inspirateurs. J’ouvrirais bien un post à ce sujet tiens !
    merci de tes conseils et de tes recommandations, je vais regarder tout cela de plus près.
    Sinon tu es d’ou toi ?
    Ta remarque concernant les animaux du zoo m’a parlé car comme toi je ne supporte pas la souffrance animale. Dans cette émission il y a en effet quelques scènes véto mais ça reste pudique, ouf car j’en pleurerais ! Je pratique l’équitation donc bien sûr, je suis sensible aux animaux. Je suis intolérante à leur souffrance. Bref !
    Bon, sinon, est-ce que par hasard le héros de ton prochain roman serait un homme qui n’aurait pas d’enfant ?
    C'est surtout que c'est ma nature : j'imagine mes histoires en images, en rythme, montées comme un film... que j'essaie de décrire sous forme de romans. D'ailleurs au début, j'avais du mal à dire "mon projet de livre", et je me suis souvent surpris à dire "mon projet de film", ... alors que sa forme finale - du moins dans la finalité que je parviendrais à livrer - était bien celle d'un livre... dans le genre lapsus révélateur...

    Quant à Spielberg, ce n'est pas qu'à son génie de cinéaste à grand spectacle que je fais référence, mais à son univers, et notamment au rapport qu'entretient son oeuvre avec la question de l'enfance. Les héros des films authentiquement Spielbergiens - je ne parle pas là des commandes qu'il a effectuées pour des studios - sont rarement des super-héros. Ce sont même souvent des anti-héros qui se révèlent au cours de l'aventure. Je pense notamment - mais pas exclusivement - à Eliott, le héros d'ET.

    D'ailleurs je dois reconnaître que le roman le plus "Spielbergien" que j'ai pu lire était... un manuscrit NP, dont je n'étais PAS l'auteur, et qui n'a hélas pas été publié (il s'agit de "La fuite" de @Margaux Moya).

    Sinon je suis d'assez loin de la Sarthe et du Pays Basque vu que je suis du sud-est... de l'Alsace, à une trentaine de kilomètres de chez notre prix de la romance 2019 :)

    Oui, c'est ces questions de souffrance animale qui font que toutes ces émissions de zoo, veto... j'oublie. Ca me suffit quand je dois y aller avec mon chat, qui n'a hélas pas toujours eu une vie heureuse... quant aux chevaux, j'ai en projet d'adapter sous forme de roman ce qui m'a été raconté sur l'occupation pendant la 2nde guerre mondiale dans notre village, et là, il risque d'y avoir une scène assez dure question cheval... disons que si tu as lu les romans d'Angélina Delcroix, la marraine du prix des lecteurs, tu transposes ce qu'elle raconte dans ses romans sur un cheval et tu es assez proche du résultat final...

    Oui, le héros de mon prochain roman a - entre autres - pour caractéristique de ne pas avoir d'enfants...
    Merci TNK pour ce compliment !! Je tiens d'ailleurs à dire que si vous aimez mon style et que Candice est curieuse d'y jeter un oeil... ma Fuite est de nouveau en ligne !!! Alors, pourquoi ne pas embarquer (de nouveau) dans ce film ? ;)
  • Margaux Moya a dit :
    TNK a dit :
    Merci de ta réponse TNK, écoute, nos styles ont beau être aux antipodes, je trouve géniale ta démarche d’auteur et ton parti pris : écrire comme s’il s’agissait d’un scénario. Eh oui car:  et pourquoi pas ! N’est-ce- pas le propre de la création que de faire ce que l’on veut ? L’auteur est comme un «  Dieu » qui créé son monde, son univers tout entier avec ses lois, ses règles, ses codes. Alors tu as complètement raison je pense de le faire, à ta guise. La création c’est l’apanage des auteurs et donc je ne peux qu’approuver et encourager ta démarche ! J’adore les gens qui « font »au détriment de ceux qui consomment et pire, se contentent de critiquer. 
    Spielberg est bien évidemment une référence et je comprends qu’il puisse t’avoir donner l’envie de. C’est top !
    On a toutes et tous ce genre de maître en tête qui ont influencé notre parcours et je trouve excellente l’idée de parler de nos inspirateurs. J’ouvrirais bien un post à ce sujet tiens !
    merci de tes conseils et de tes recommandations, je vais regarder tout cela de plus près.
    Sinon tu es d’ou toi ?
    Ta remarque concernant les animaux du zoo m’a parlé car comme toi je ne supporte pas la souffrance animale. Dans cette émission il y a en effet quelques scènes véto mais ça reste pudique, ouf car j’en pleurerais ! Je pratique l’équitation donc bien sûr, je suis sensible aux animaux. Je suis intolérante à leur souffrance. Bref !
    Bon, sinon, est-ce que par hasard le héros de ton prochain roman serait un homme qui n’aurait pas d’enfant ?
    C'est surtout que c'est ma nature : j'imagine mes histoires en images, en rythme, montées comme un film... que j'essaie de décrire sous forme de romans. D'ailleurs au début, j'avais du mal à dire "mon projet de livre", et je me suis souvent surpris à dire "mon projet de film", ... alors que sa forme finale - du moins dans la finalité que je parviendrais à livrer - était bien celle d'un livre... dans le genre lapsus révélateur...

    Quant à Spielberg, ce n'est pas qu'à son génie de cinéaste à grand spectacle que je fais référence, mais à son univers, et notamment au rapport qu'entretient son oeuvre avec la question de l'enfance. Les héros des films authentiquement Spielbergiens - je ne parle pas là des commandes qu'il a effectuées pour des studios - sont rarement des super-héros. Ce sont même souvent des anti-héros qui se révèlent au cours de l'aventure. Je pense notamment - mais pas exclusivement - à Eliott, le héros d'ET.

    D'ailleurs je dois reconnaître que le roman le plus "Spielbergien" que j'ai pu lire était... un manuscrit NP, dont je n'étais PAS l'auteur, et qui n'a hélas pas été publié (il s'agit de "La fuite" de @Margaux Moya).

    Sinon je suis d'assez loin de la Sarthe et du Pays Basque vu que je suis du sud-est... de l'Alsace, à une trentaine de kilomètres de chez notre prix de la romance 2019 :)

    Oui, c'est ces questions de souffrance animale qui font que toutes ces émissions de zoo, veto... j'oublie. Ca me suffit quand je dois y aller avec mon chat, qui n'a hélas pas toujours eu une vie heureuse... quant aux chevaux, j'ai en projet d'adapter sous forme de roman ce qui m'a été raconté sur l'occupation pendant la 2nde guerre mondiale dans notre village, et là, il risque d'y avoir une scène assez dure question cheval... disons que si tu as lu les romans d'Angélina Delcroix, la marraine du prix des lecteurs, tu transposes ce qu'elle raconte dans ses romans sur un cheval et tu es assez proche du résultat final...

    Oui, le héros de mon prochain roman a - entre autres - pour caractéristique de ne pas avoir d'enfants...
    Merci TNK pour ce compliment !! Je tiens d'ailleurs à dire que si vous aimez mon style et que Candice est curieuse d'y jeter un oeil... ma Fuite est de nouveau en ligne !!! Alors, pourquoi ne pas embarquer (de nouveau) dans ce film ? ;)
    Enchantée Margaux,
    je viens de parcourir ton profil que je trouve très intéressant. Pour ton jeune âge, je trouve que tu fais preuve d’une belle détermination, sûrement motivée par la passion et cela fait plaisir à lire ! 
    Oui j’irai découvrir ton livre avec grand plaisir ! 
  • TNKTNK Messages 918
    Margaux Moya a dit :
    TNK a dit :
    Merci de ta réponse TNK, écoute, nos styles ont beau être aux antipodes, je trouve géniale ta démarche d’auteur et ton parti pris : écrire comme s’il s’agissait d’un scénario. Eh oui car:  et pourquoi pas ! N’est-ce- pas le propre de la création que de faire ce que l’on veut ? L’auteur est comme un «  Dieu » qui créé son monde, son univers tout entier avec ses lois, ses règles, ses codes. Alors tu as complètement raison je pense de le faire, à ta guise. La création c’est l’apanage des auteurs et donc je ne peux qu’approuver et encourager ta démarche ! J’adore les gens qui « font »au détriment de ceux qui consomment et pire, se contentent de critiquer. 
    Spielberg est bien évidemment une référence et je comprends qu’il puisse t’avoir donner l’envie de. C’est top !
    On a toutes et tous ce genre de maître en tête qui ont influencé notre parcours et je trouve excellente l’idée de parler de nos inspirateurs. J’ouvrirais bien un post à ce sujet tiens !
    merci de tes conseils et de tes recommandations, je vais regarder tout cela de plus près.
    Sinon tu es d’ou toi ?
    Ta remarque concernant les animaux du zoo m’a parlé car comme toi je ne supporte pas la souffrance animale. Dans cette émission il y a en effet quelques scènes véto mais ça reste pudique, ouf car j’en pleurerais ! Je pratique l’équitation donc bien sûr, je suis sensible aux animaux. Je suis intolérante à leur souffrance. Bref !
    Bon, sinon, est-ce que par hasard le héros de ton prochain roman serait un homme qui n’aurait pas d’enfant ?
    C'est surtout que c'est ma nature : j'imagine mes histoires en images, en rythme, montées comme un film... que j'essaie de décrire sous forme de romans. D'ailleurs au début, j'avais du mal à dire "mon projet de livre", et je me suis souvent surpris à dire "mon projet de film", ... alors que sa forme finale - du moins dans la finalité que je parviendrais à livrer - était bien celle d'un livre... dans le genre lapsus révélateur...

    Quant à Spielberg, ce n'est pas qu'à son génie de cinéaste à grand spectacle que je fais référence, mais à son univers, et notamment au rapport qu'entretient son oeuvre avec la question de l'enfance. Les héros des films authentiquement Spielbergiens - je ne parle pas là des commandes qu'il a effectuées pour des studios - sont rarement des super-héros. Ce sont même souvent des anti-héros qui se révèlent au cours de l'aventure. Je pense notamment - mais pas exclusivement - à Eliott, le héros d'ET.

    D'ailleurs je dois reconnaître que le roman le plus "Spielbergien" que j'ai pu lire était... un manuscrit NP, dont je n'étais PAS l'auteur, et qui n'a hélas pas été publié (il s'agit de "La fuite" de @Margaux Moya).

    Sinon je suis d'assez loin de la Sarthe et du Pays Basque vu que je suis du sud-est... de l'Alsace, à une trentaine de kilomètres de chez notre prix de la romance 2019 :)

    Oui, c'est ces questions de souffrance animale qui font que toutes ces émissions de zoo, veto... j'oublie. Ca me suffit quand je dois y aller avec mon chat, qui n'a hélas pas toujours eu une vie heureuse... quant aux chevaux, j'ai en projet d'adapter sous forme de roman ce qui m'a été raconté sur l'occupation pendant la 2nde guerre mondiale dans notre village, et là, il risque d'y avoir une scène assez dure question cheval... disons que si tu as lu les romans d'Angélina Delcroix, la marraine du prix des lecteurs, tu transposes ce qu'elle raconte dans ses romans sur un cheval et tu es assez proche du résultat final...

    Oui, le héros de mon prochain roman a - entre autres - pour caractéristique de ne pas avoir d'enfants...
    Merci TNK pour ce compliment !! Je tiens d'ailleurs à dire que si vous aimez mon style et que Candice est curieuse d'y jeter un oeil... ma Fuite est de nouveau en ligne !!! Alors, pourquoi ne pas embarquer (de nouveau) dans ce film ? ;)
    Enchantée Margaux,
    je viens de parcourir ton profil que je trouve très intéressant. Pour ton jeune âge, je trouve que tu fais preuve d’une belle détermination, sûrement motivée par la passion et cela fait plaisir à lire ! 
    Oui j’irai découvrir ton livre avec grand plaisir ! 
    Va juste lire son premier chapitre dans un premier temps. Je pense que tu auras déjà compris :)

  • Merci TNK pour ce compliment !! Je tiens d'ailleurs à dire que si vous aimez mon style et que Candice est curieuse d'y jeter un oeil... ma Fuite est de nouveau en ligne !!! Alors, pourquoi ne pas embarquer (de nouveau) dans ce film ? ;)
    Enchantée Margaux,
    je viens de parcourir ton profil que je trouve très intéressant. Pour ton jeune âge, je trouve que tu fais preuve d’une belle détermination, sûrement motivée par la passion et cela fait plaisir à lire ! 
    Oui j’irai découvrir ton livre avec grand plaisir ! 
    Enchantée Candice,
    Merci beaucoup pour ce compliment, en effet, je suis déterminée et surtout passionnée comme tu l'as si bien dit ! Merci pour ton attention, n'hésite pas à me tenir au courant, j'espère que La Fuite te plaira ! Belle soirée à toi :)
  • Enchantée Margaux,
    je viens de parcourir ton profil que je trouve très intéressant. Pour ton jeune âge, je trouve que tu fais preuve d’une belle détermination, sûrement motivée par la passion et cela fait plaisir à lire ! 
    Oui j’irai découvrir ton livre avec grand plaisir ! 
    Je suis d'ailleurs curieuse de lire ton manuscrit, quel est son titre ?  P.S. : ma mère vient de La Flèche, elle y a vécu toute son enfance et mes grands-parents y vivaient encore l'année dernière, jusqu'à ce qu'ils ne déménage à la Suze... peut-être qu'on se connaît indirectement ? (il faut dire quand même que c'est petit !)
  • Margaux, je viens de lire ton premier chapitre et je te félicite car tu écris très bien et je me répète mais vu ton jeune âge, c’est prometteur ! Tu lis beaucoup ? On ressent dans ta plume l’art romanesque de décrire et de ménager le suspense, c’est vraiment très bien ! J’ai vu dans ton profil que tu étais étudiante en lettres, cela nous fait un point commun puisque j’ai également ce cursus à mon actif et que je suis devenue professeur de lettres classiques ! Nous pourrons parler expériences littéraires ! Et alors ce qui m’a bluffée : tu aimes Flaubert ? Mais moi c’est juste mon auteur favori ! Mon maître ! c’est fou et c’est beau les coïncidences. A moins qu il n’y ait pas de hasard. 
    Tiens sinon pour changer de sujet: c’est marrant que ta famille soit sarthoise, mais en fait moi je suis une pièce rapportée. Je suis orléanaise d’origine. Mon mari a été muté il y a 3 ans et donc nous sommes ici depuis peu. Je ne connais d’ailleurs La Suze que de nom. Mais nous aurons peut être une opportunité de nous croiser! Si tu veux jeter un œil à mon manuscrit, il s’intitule Le goût du gâteau basque. C’est un roman d’amour, pas une romance,  qui explore le sentiment amoureux via la perception introspective de l’héroïne. Par extension sont considérées les répercussions qu’une histoire d’amour peut engendrer.  Voilà voilà ! Au plaisir de poursuivre nos discussions ! Bonne chance à ta fuite ! 
  • Eh bien Candice ! Figures-toi que je suis allée voir ton profil et j'ai vu que tu aimais Flaubert ! Alors oui j'adore même si je dois avouer que je n'ai encore lu de lui que Madame Bovary (mais j'ai tellement aimé son style !). Si je dois te donner mon auteur classique préféré je te dirais sans hésiter (même si je n'ai pas encore tant de culture que cela) : Victor Hugo !! Il était au programme de l'ENS cette année et comment te dire que 93 a pour moi été une révélation. Chaque fois que je tournais les pages je me disais 'oh... c'est magnifique', et j'avais envie de pleurer tant c'était beau... l'as-tu déjà lu ? J'espère avoir le temps de lire quelques classiques cet été, maintenant que la prépa est (presque) terminée. (par conséquent j'ai l'impression que Victor Hugo s'est cette année imposé comme mon maître... un modèle ultime).
    J'ai aussi vu que tu étais professeure de lettres classiques ! C'est un si beau métier ;) j'envisage peut-être de devenir professeure de lettres modernes ;)
    J'aimerais avec grand grand plaisir parler d'expériences littéraires avec toi ! On peut discuter par mail si tu le souhaites, ou tu peux me demander en amie sur Facebook (je serai la Margaux Moya avec le pull rouge, un grand sourire et des yeux bleus).
    En fait je me suis trompée ma mère vient de Fercé, c'est juste à côté de La Flèche ! Je ne suis pas une sarthoise non plus, je suis Sudiste, le soleil dans les veines mais la pluie dans le coeur : j'aime la Côte d'Azur mais je préfère le temps de l'Angleterre (même si je ne suis pas contre une petite après-midi au soleil bien sûr !).

    Pour ce qui est de ton livre : je l'ai téléchargé dès que j'ai vu son titre dans ton profil. J'en suis à la page 12 et j'ai tout de suite remarqué que, comme tu le dis, ce n'est pas une romance mais une analyse du sentiment amoureux. Serais-tu une Mme de Lafayette des temps modernes ? Certaines analyses sont vraiment justes. Je t'en dirais plus quand j'avancerai dans l'histoire. ;) 
    Merci beaucoup d'avoir lu mon prologue et merci beaucoup pour ton compliment, ça me touche (surtout venant d'une prof de lettres classiques ;) ) ! Ah oui le suspense... j'espère que tu auras l'occasion de te laisser guider par mes autres procédés fétiches ahah ! N'hésite pas à me tenir au courant si tu lis la suite, j'espère sincèrement pouvoir avoir un retour complet de ta part sur ma Fuite. Tu peux compter sur moi pour ton manuscrit :)
    A bientôt, c'est un vrai plaisir de parler avec toi ! N'hésite pas à m'ajouter sur FB ou à m'envoyer un message privé sur NP.

  • Margaux, je viens de lire ton premier chapitre et je te félicite car tu écris très bien et je me répète mais vu ton jeune âge, c’est prometteur ! Tu lis beaucoup ? On ressent dans ta plume l’art romanesque de décrire et de ménager le suspense, c’est vraiment très bien ! J’ai vu dans ton profil que tu étais étudiante en lettres, cela nous fait un point commun puisque j’ai également ce cursus à mon actif et que je suis devenue professeur de lettres classiques ! Nous pourrons parler expériences littéraires ! Et alors ce qui m’a bluffée : tu aimes Flaubert ? Mais moi c’est juste mon auteur favori ! Mon maître ! c’est fou et c’est beau les coïncidences. A moins qu il n’y ait pas de hasard. 
    Tiens sinon pour changer de sujet: c’est marrant que ta famille soit sarthoise, mais en fait moi je suis une pièce rapportée. Je suis orléanaise d’origine. Mon mari a été muté il y a 3 ans et donc nous sommes ici depuis peu. Je ne connais d’ailleurs La Suze que de nom. Mais nous aurons peut être une opportunité de nous croiser! Si tu veux jeter un œil à mon manuscrit, il s’intitule Le goût du gâteau basque. C’est un roman d’amour, pas une romance,  qui explore le sentiment amoureux via la perception introspective de l’héroïne. Par extension sont considérées les répercussions qu’une histoire d’amour peut engendrer.  Voilà voilà ! Au plaisir de poursuivre nos discussions ! Bonne chance à ta fuite ! 
    réponse juste au-dessus ;)
  • Margaux, je sens que c’est une belle rencontre qui vient de s’opérer entre toi et moi ! Et je remercie TNK qui en est à l’origine! Il a senti tout de suite qu’on aurait tant de choses à se dire et à partager ! Alors big up! Je vais bien évidemment te faire une demande d’amitié FB. Merci de tes premiers retours et encouragements sur mon livre, cela me touche que tu en saisisses si bien les enjeux et le propos. Je vais moi aussi lire ta Fuite jusqu’au bout et te ferai un retour progressivement. Je vais passer un bon moment surtout si je ressens l’influence d’Hugo dans ta plume ! Oui il est un maître incontestablement dans son art. Sa production reste incroyable et totalisante. Un homme comme lui, il en naît un tous les ... ? Tu présentes le concours d’entrée à Normale Sup du coup ? C’est marrant car moi aussi j’ai fait hypokhâgne khâgne et j’en garde de merveilleux souvenirs: les 2 plus belles années de ma scolarité avec un professeur qui a été pour moi LE professeur de ma vie. Je lui dois tout dans mon approche de la litterature, il a changé mon regard le faisant évoluer et grandir. Bref on n’a pas fini de discuter
  • Oh oui j'ai aussi cette impression ;) TNK.... il en fait de bonnes choses !
    Super merci ! Oh Hugo... Hugo... on se demande s'il en naîtra un autre comme lui ;)
    L'ENS oui, j'ai passé le concours il y a deux semaines. Je ne pense pas que ça soit les deux meilleures années de ma vie, ce sont celles du lycée où comme toi j'ai eu PLUSIEURS professeurs en or. La suite en message privé ;)
  • Sinon, je ne pense pas que tu verras vraiment l'influence d'Hugo dans La Fuite : je ne le connaissais pas encore suffisamment bien à ce moment !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.