Présentation

Bonjour à tous !
Je rejoins votre communauté seulement aujourd'hui mais je ne suis pas vraiment nouvelle.
J'ai présenté mon second manuscrit "Dame de coeur" pour évaluation en 2016. Il n'a eu à l'époque qu'une seule lectrice que je remercie encore vivement car j'ai vu qu'elle faisait toujours partie des lecteurs/lectrices (ce n'est pas ainsi qu'on devrait l'écrire en écriture inclusive, mais je suis un peu fâchée avec ce mode d'écriture  :) ). Il s'agit de Gilet Morgane. Je peux lui dire que mon manuscrit a été remanié selon ses conseils (une modification importante à la fin, description plus détaillée de mes personnages, etc.). Depuis il a suivi son chemin (présentation à un concours) même s'il a dormi un peu vu que je m'étais lancée dans l'écriture d'un troisième manuscrit. Je compte le soumettre à des éditeurs ainsi que mon premier manuscrit écrit il y a une trentaine d'années et récemment remanié.
Le travail d'écrivain a longtemps été pour moi un travail solitaire mais très prenant et ô combien passionnant. Ecrire, écrire, écrire ... Jusqu'au jour où mon fils m'a dit : "Maman, on voit qu'écrire te passionne, mais présente donc tes manuscrits !" J'ai suivi son conseil.

Mon troisième manuscrit vient d'être retenu pour évaluation. Je n'ai pas trop l'habitude des communautés de paroles. Apparemment on peut y faire la promotion de ses écrits. Je ne l'ai pas fait précédemment, pensant que cette communauté d'auteurs / lecteurs servait à les regrouper pour des échanges plutôt post évaluations et que faire la promotion de ses écrits n'était pas autorisée. 
Donc, pour en revenir à mon nouveau manuscrit, on reste toujours dans le domaine historique. On passe du XVIème siècle, de la cour de Catherine de Médicis et Henri II, au XVIIIème, avant et pendant la Révolution à Saint-Malo et dans sa région.

Pour ce qui est de mon pseudo, il m'a été imposé par le système en 2016 sans que je puisse le changer. J'ai vu pourtant de bien jolis pseudos ! J'en conclus que certains ont dû passer outre. Juste pour préciser que mon nom d'auteure apparaît sur le manuscrit et qu'il n'est pas ... Nathalie Gauthier  :) .  
Enfin, nous communiquerons sous ce nom là puisqu'il le faut.
Cela me fait très plaisir de pouvoir échanger avec les auteurs / auteures et lecteurs / lectrices avant, pendant et après l'évaluation.
A vous lire. 
Cordialement
Nathalie Gauthier ...

Réponses

  • 11 Réponses sorted by Votes Date Added
  • Bonjour Nathalie,
    Je ressens l’envie spontanée de te répondre car ton message donne l’idée de partage et d’échanges, valeurs auxquelles je tiens également. Je suis en cours d’évaluation pour la première fois et depuis quelques jours et je souhaite discuter avec la communauté NP autour de cette aventure. 
    Par rapport à ton pseudo, c’est bizarre que tu ne puisses le modifier. Perso, je m’appelle réellement Candice. On m’a aussi affublé un pseudo pour le manuscrit à ce que j’ai compris. Je pense que tu peux nous communiquer ici ton prénom si tu préfères !
    C’est beau que ton fils t’aie poussée à aller au bout de ta passion et à proposer tes manuscrits! Quel merveilleux moteur en effet ! Donc ton récit est dans le registre historique, c’est ça ? D’où te vient cette passion ? Oui ici tu peux venir parler de ton roman mais aussi de ta démarche d’auteure. 
    Perso, mon registre c’est l’amour et par extension les considérations sociologiques qui en découlent. J’aime décrypter les sentiments et les décrire précisément.
    Je planche actuellement sur un deuxième bébé romanesque, car écrire est devenu une passion. Toi aussi je crois ? 
    Au plaisir de te lire !
  • Merci pour ta réponse rapide.
    J'ai toujours aimé écrire mais c'est devenu depuis quelques années une passion. 
    J'ai toujours été une grande lectrice et au fil du temps, lire m'a donné envie de m'essayer à l'écriture.
    L'écriture a été pour moi un moyen de m'évader d'un quotidien qui ne me satisfaisait pas, qui ne me faisait pas assez rêver, comme si j'étais en quête de quelque chose de plus grand, d'une sorte d'absolu.
    J'avais pourtant un bon emploi et j'étais ce qu'on pourrait qualifier d'heureuse. Mais il y avait l'envers de la médaille. La société dans laquelle je travaillais (une des plus importantes et prisées de France) me faisait l'effet d'un état totalitaire. Je n'étais pas la seule à avoir l'impression d'y étouffer et d'y ressentir une chape de plomb. Cette situation a provoqué chez moi comme une réaction allergique. J'aime trop la liberté et l'indépendance sous des dehors bien policés pour ne pas en souffrir.
    Certains s'en accommodent, moi pas. L'écriture est alors devenue une sorte d'exutoire pour ne pas dire de vengeance. Le mot peut paraître fort mais il m'est venu à l'esprit après avoir lu les "Conseils aux écrivains en herbe" de Bernard Werber (à lire, très intéressant). Il y est question, outre de précieux conseils justement, du phénomène de résilience. Quelqu'un va se mettre à créer (romans, musique, tableaux) en réaction à un environnement où il n'est plus à l'aise, voire où il souffre. C'est à ce moment là que je me suis aperçue que la souffrance personnelle tout comme la souffrance collective, déclenchait chez moi, en réaction, ce besoin d'écrire.
    Et de ce fait mes manuscrits, toujours sur fond historique car j'aime beacoup l'histoire, sont assez noirs sous des aspects sentimentaux.
    Je ne me vois pas écrire du roman "Feel good". Pourtant je ne suis pas pessimiste, au contraire, juste réaliste et déçue de ce qu'est l'Homme.Certains le sont de la société mais la société c'est l'Homme avant tout.
    Bon, assez épilogué. C'est bizarre de se confier à des inconnus mais quelque part, si nous ressentons tous ce besoin d'écrire, inconnus, nous ne le sommes pas vraiment.

    De ce fait, mes héroïnes (sauf dans mon cinquième manuscrit, à l'ébauche, où je fais évoluer un héros) sont toutes des battantes, souvent au propre comme au figuré, ballottées par la vie et éprises d'égalité et de justice. Je pense que dans nos héros comme dans nos personnages secondaires, nous mettons beaucoup de nous-mêmes. Quelle belle psychanalyse sur papier !

    Pour un premier contact, je ne pensais pas en dire autant. 
    Au fait, vous pouvez m'appeler Elisabeth et si mon nom d'auteure est toujours sur mon manuscrit, vous y lirez Elisabeth Larcher. 
    Encore un pseudo, mais là, seuls les intimes en connaissent le secret.
    Bonne soirée !
    Élisabeth 
  • TNKTNK Messages 918
    mai 2019 modifié Vote Up0Vote Down
    Bonjour à tous !
    Je rejoins votre communauté seulement aujourd'hui mais je ne suis pas vraiment nouvelle.
    J'ai présenté mon second manuscrit "Dame de coeur" pour évaluation en 2016. Il n'a eu à l'époque qu'une seule lectrice que je remercie encore vivement car j'ai vu qu'elle faisait toujours partie des lecteurs/lectrices (ce n'est pas ainsi qu'on devrait l'écrire en écriture inclusive, mais je suis un peu fâchée avec ce mode d'écriture  :) ). Il s'agit de Gilet Morgane. Je peux lui dire que mon manuscrit a été remanié selon ses conseils (une modification importante à la fin, description plus détaillée de mes personnages, etc.). Depuis il a suivi son chemin (présentation à un concours) même s'il a dormi un peu vu que je m'étais lancée dans l'écriture d'un troisième manuscrit. Je compte le soumettre à des éditeurs ainsi que mon premier manuscrit écrit il y a une trentaine d'années et récemment remanié.
    Le travail d'écrivain a longtemps été pour moi un travail solitaire mais très prenant et ô combien passionnant. Ecrire, écrire, écrire ... Jusqu'au jour où mon fils m'a dit : "Maman, on voit qu'écrire te passionne, mais présente donc tes manuscrits !" J'ai suivi son conseil.

    Mon troisième manuscrit vient d'être retenu pour évaluation. Je n'ai pas trop l'habitude des communautés de paroles. Apparemment on peut y faire la promotion de ses écrits. Je ne l'ai pas fait précédemment, pensant que cette communauté d'auteurs / lecteurs servait à les regrouper pour des échanges plutôt post évaluations et que faire la promotion de ses écrits n'était pas autorisée. 
    Donc, pour en revenir à mon nouveau manuscrit, on reste toujours dans le domaine historique. On passe du XVIème siècle, de la cour de Catherine de Médicis et Henri II, au XVIIIème, avant et pendant la Révolution à Saint-Malo et dans sa région.

    Pour ce qui est de mon pseudo, il m'a été imposé par le système en 2016 sans que je puisse le changer. J'ai vu pourtant de bien jolis pseudos ! J'en conclus que certains ont dû passer outre. Juste pour préciser que mon nom d'auteure apparaît sur le manuscrit et qu'il n'est pas ... Nathalie Gauthier  :) .  
    Enfin, nous communiquerons sous ce nom là puisqu'il le faut.
    Cela me fait très plaisir de pouvoir échanger avec les auteurs / auteures et lecteurs / lectrices avant, pendant et après l'évaluation.
    A vous lire. 
    Cordialement
    Nathalie Gauthier ...
    Bonjour "Nathalie" et bienvenue sur le forum :)

    Depuis ta dernière expérience néoplumienne, le site a évolué : va dans "mon profil" (onglet en haut à droite de la page principale) : tu pourras éditer ton pseudo utilisé sur le site et le forum. Le seul que tu ne pourras pas modifier est celui attribué à tes manuscrits, mais à part ça, tout est éditable...

    Je ne connais pas ta lectrice de la dernière fois (je ne l'ai jamais vu active sur le site) et je doute qu'elle soit encore dans les parages. Il te faudra donc en trouver de nouveaux lecteurs cette fois. Bien sûr tu peux prendre contact avec elle, mais à moins que tu n'aies son mail perso, elle ne verra ton message privé que si elle se connecte sur NP... ce que je ne l'ai jamais vu faire depuis que je suis sur ce site (fin mai 2018).

    Félicitations pour la sélection de ton 3e manuscrit (rappel : entre un livre sur 3 et un livre sur 5 seulement passe la présélection devenue de plus en plus en plus drastique à mesure que le nombre de manuscrits postulants augmente).

    Oui, on peut - parait-il - faire une promotion raisonnable de son manuscrit. Après, la définition du raisonnable étant propre à chacun... voilà quoi :) Moi par exemple, je n'ai pas hésité à réaliser un clip vidéo appelant les lecteurs du site à évaluer mon roman. Est-ce raisonnable ? Va savoir... cela dit, je pense que les éditeurs qui gèrent ce site sont contents de voir des auteurs ayant une démarche proactive, car si ces derniers ont ce réflexe dès la partie évaluations, il y a fort à parier qu'ils mettront la même énergie à défendre leur bébé une fois ce dernier lancé dans le grand bain (en tout cas moi, je le ferai... mais je crois que ça, les NP le savent ;) ). D'ailleurs si tu veux en savoir davantage sur les coulisses des Nouvelles Plumes, je t'invite à lire nos échanges avec l'administratrice (Karine) sur ce fil de discussion.

    Noté pour ton roman historique... dont tu as même le droit d'en citer le titre ;) (en tout cas, certains l'ont fait et on fini édités :) ). Il y a une communauté de lecteurs de romans historiques sur ce site : attire leur attention sur toi ! ;)

    En tout cas mon pseudo - TNK - ne m'a pas été imposé par les Nouvelles Plumes, vu qu'il est mien depuis mes années lycée, soit une époque lointaine datant du millénaire précédent... une époque située entre la révolution à Saint-Malo et la fondation des éditions Nouvelles Plumes... une époque plus proche du 2nd événement, quand même :)

    Par contre plus tard, durant mes années d'études, j'étais dans la promo d'une vraie, d'une authentique... Nathalie Gauthier :)

    A vous lire itou, Philippe "TNK" M.
  • Ton message est très touchant Elisabeth, plein d’engagement et de sincérité. Plus je lis des témoignages comme le tien, plus j’ai envie d’ouvrir ici même un compte lecteur car on découvre de belles personnalités et de beaux projets via l’écriture. 
    J’entends ce que tu dis eu égard à l’écriture comme échappatoire de la vie quotidienne; encore faut-il y arriver ! Car écrire ce n’est pas rien ! Et c’est comme tu le dis se mettre à nu ! Tout le monde n’est pas capable de cela alors haut les cœurs et félicitons nous de notre démarche ! Ça fait du bien ! Et pas besoin de passer par le feel good pour ça ! N’est ce pas TNK ! Il me semble qu’on est déjà tombé d’accord sur ce sujet la ! Écrire et lire c’est du feel good ! Bref !
    au plaisir de te suivre dans cette aventure évaluative !
    Je suis assez présente sur le forum car j’ai vraiment à cœur d’échanger sur la démarche d’auteur.e. 
  • Bonjour Candice,
    J'ai lu le premier chapitre de ton livre "Le goût du gâteau basque" et j'ai beaucoup aimé.
    C'est frais, léger comme les prénoms de tes héros. Et puis Raphaël ! Il était prédestiné.
    J'ai bien aimé la description de la galerie d'art, les aperçus qu'on en a par les fentes des paravents et les portraits qui se répondent en écho. Il en émane du mystère et, déjà, de la sensualité. On ressent l'ambiance comme si on y était. Et j'aime beaucoup la fin du chapitre, petite apothéose qui augure de la suite et me rappelle mes inspirations. 
    Je ne suis malheureusement inscrite qu'en tant qu'auteure, pas lectrice. Je ne connaitrai donc pas l'histoire d'amour de tes héros.
    C'est vrai, j'aurais pu m'inscrire aussi en tant que lectrice mais écrire et lire mes lectures occupent déjà beaucoup de mon temps. Je me suis aussi mise au piano pour découvrir que la Musique n'est pas celle que l'on nous enseigne au collège. Mais ça c'est une autre histoire.
    Pour en revenir à nos moutons, lectrice, c'est un engagement. On ne lit pas que pour son plaisir, on lit pour noter. Apprécier, partager oui, noter, juger l'autre, non, même si c'est ce qu'attend l'auteur.e.
    Mais le début donne vraiment envie de savoir comment va évoluer la relation de Raphaël et Gabrielle.
    Au vu de ce premier chapitre, j'aurais mis une .. très bonne note :)
    J'espère que tu auras de bons retours de tes lecteurs et lectrices !
  • Bonjour Candice,
    J'ai lu le premier chapitre de ton livre "Le goût du gâteau basque" et j'ai beaucoup aimé.
    C'est frais, léger comme les prénoms de tes héros. Et puis Raphaël ! Il était prédestiné.
    J'ai bien aimé la description de la galerie d'art, les aperçus qu'on en a par les fentes des paravents et les portraits qui se répondent en écho. Il en émane du mystère et, déjà, de la sensualité. On ressent l'ambiance comme si on y était. Et j'aime beaucoup la fin du chapitre, petite apothéose qui augure de la suite et me rappelle mes inspirations. 
    Je ne suis malheureusement inscrite qu'en tant qu'auteure, pas lectrice. Je ne connaitrai donc pas l'histoire d'amour de tes héros.
    C'est vrai, j'aurais pu m'inscrire aussi en tant que lectrice mais écrire et lire mes lectures occupent déjà beaucoup de mon temps. Je me suis aussi mise au piano pour découvrir que la Musique n'est pas celle que l'on nous enseigne au collège. Mais ça c'est une autre histoire.
    Pour en revenir à nos moutons, lectrice, c'est un engagement. On ne lit pas que pour son plaisir, on lit pour noter. Apprécier, partager oui, noter, juger l'autre, non, même si c'est ce qu'attend l'auteur.e.
    Mais le début donne vraiment envie de savoir comment va évoluer la relation de Raphaël et Gabrielle.
    Au vu de ce premier chapitre, j'aurais mis une .. très bonne note :)
    J'espère que tu auras de bons retours de tes lecteurs et lectrices !
    Oh chère Elisabeth, tu me touches sacrément ! Déjà parce que je n’ai pas l’habitude encore, d’entendre parler de mon roman, et cela me fait tout drôle de le laisser  naviguer vers un lectorat. Une fois une amie m’a dit: il faut accepter en tant qu’auteure de laisser son livre aux lecteurs. C’est ça ! La manière dont tu en parles me comble de plaisir car tu devines bien mes intentions. Écoute si tu veux, je pourrai t’envoyer le manuscrit par mail, pour que tu le lises en ton temps et sans avoir à remplir une fiche
  • Ce serait avec plaisir. Mais j'aurais aussi beaucoup de regret de te priver d'un bonne note.
    Si cest ton premier roman, il est vraiment bien écrit dans le style contemporain, épuré (ce que je ne sais pas trop faire, mais j'ecris dans un autre registre). Je découvre le portable comme un Cupidon moderne, le mien est très classique  :) .
    C'est vrai ce que tu dis en ce qui concerne le manuscrit qui prend soudain son envol, qui nous échappe quand l'autre en prend connaissance. C'est un peu comme un enfant qui a grandi et qui soudain quitte le foyer.
    J'ai dit un jour à mon fils (je n'ai qu'un fils) que mes manuscrits étaient comme mes enfants, mes enfants de la tête. Mais comme un enfant n'est pas la propriété des parents, un manuscrit si l'on veut qu'il vive après l'avoir écrit, il faut le livrer aux autres. Il faut qu'il soit lu, aimé, détesté et quelquefois, miracle un lecteur (parfois plus) va ressentir en le lisant les mêmes choses que tu as ressenties en l'écrivant. Par delà le temps et les distances, il s'opère alors une communion entre l'auteur et le lecteur. C'est une forme communication. C'est sûr que c'est mieux quand l'écrivain est encore de ce monde car on peut éventuellement lui exposer son ressenti.
    Voilà mon sentiment sur l'écriture et la relation avec le lecteur.
    Comment puis-je te donner mon mail perso ?
    Je ne suis pas sur Facebook ni autre réseau
  •  :), c'est comme pour Cupidon (la fin manquait)
  • J’adore ta comparaison ! C’est tout à fait cela ! Je t’envoie un message privé pour que nous puissions échanger nos coordonnés et surtout une adresse mail ! Ainsi nous pourrons partager nos manuscrits ! 
  • Le mien est en ligne si tu es lectrice, mais je ne vais pas de mon côté te demander une note, si en retour, je ne t'en donne pas  :)
    Je regarde la messagerie interne.
  • Malheureusement je n’ai pas non plus de compte de lectrice. 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.