Le coup de foudre !

J'ai encore lu aujourd'hui dans une critique sur Babelio "Car s'il y a un truc d'expédié au point d'en être aussi ridicule que peu crédible, c'est bien la rencontre entre Ezhrâl et celle qui deviendra sa femme.". Que ce soit sur Nouvelles Plumes ou sur Babelio il semble que de moins en moins de personnes y croit. 

Je trouve ça tellement dommage de voir ces réflexions dès qu'il y a un coup de foudre ou des jeunes qui s'aiment. 

 "ça va trop vite"  "décider de vivre à deux en une journée on n'y croit pas"  "se marier à 18 ans n'est pas crédible"  "ils sont trop jeunes, ils ne sont pas assez mûrs pour savoir ce qu'est vraiment l'amour".

 Avez-vous oublié la fougue de votre jeunesse ? N'avez jamais éprouvé un amour irrationnel pour quelqu'un que vous connaissiez à peine ? Moi, une heure après le premier regard échangé j'étais dans ses bras, je savais que c'était lui… 

Le coup de foudre existe ! Quand vous le verrez dans un roman ne soyez pas sceptique, vous pourrez alors profiter de l'histoire sans réticence.

«1

Réponses

  • 33 Réponses sorted by Votes Date Added
  • Petit coup de gueule d'Enitram sur le coup de foudre ! 

    Je comprends ton point de vue (surtout que tu sembles l'avoir vécu !). Après je ne sais pas, il faudrait voir : qui met ce genre de critique, par rapport à quel genre de livre ? Si ce sont des adultes sur des livres ado ou YA, forcément que le style ne sera pas aussi riche ni construit que pour un texte à destination des adultes. 

    Je sais que pour avoir fait parfois ce genre de remarque sur des manus, ce qui me dérangeait n'était pas l'histoire d'amour en elle-même, mais le fait qu'elle prenne totalement le pas sur le reste de l'histoire, ou que ça entre en contradiction avec le caractère du personnage, que ça le change totalement (surtout quand on l'auteur nous martèle le fait qu'il lui colle l'étiquette "femme forte et indépendante qui n'a besoin de personne et surtout pas d'un homme ou d'une relation").
  • EnitramEnitram Messages 540
    décembre 2020 modifié Vote Up0Vote Down

    Non non, ce n'est pas un coup de gueule

    Juste une façon de dire aux lecteurs "attention aux idées préconçues, elles risquent de vous faire passer à côté de quelque chose". Le coup de foudre ce n'est pas comme "un miracle de Noël", ça arrive à énormément de personnes.

    C'est vrai que si ça change totalement un personnage il y a un problème. Pourquoi un coup de foudre devrait changer un caractère ? J'ai pris mon indépendance à 19 ans, je n'ai demandé l'aide de personne pour me trouver un domicile. J'étais une fille normale, capable de faire les mêmes choses qu'une fille ou qu'un garçon de mon âge. Aimer ne diminue ni une fille ni un garçon. 

    Le problème à mes yeux est que les lecteurs ont tendance à voir un défaut de scénario quand l'amour naît spontanément, immédiatement. Que ce soit un écrit à destination d'un public jeune ou vieux il est difficile de construire trois chapitres d'explications quand il n'y pas d'explication. 

    Alors j'avais juste envie de dire "Ne rejetez pas quelque chose uniquement parce que vous ne connaissez pas (encore)"

     

  • Neau EstelleNeau Estelle Messages 5
    décembre 2020 modifié Vote Up0Vote Down
    Bonsoir,
    à mon sens, ce n'est pas que les lecteurs voient un défaut de scénario, mais que le scénario que l'auteur leur propose ne fait pas écho à leurs croyances ou bute sur leurs limites.
    En tant que lectrice (j'en suis à mon 4e manuscrit évalué - une fiche publiée), je m'efforce de ne pas tenir compte de mes propres réactions face aux personnages et/ou à l'histoire pour donner mon humble avis sur la rédaction. Mais je ne vais pas mentir en disant que l'évaluation des histoires n'est pas influencée par les sentiments qui me bousculent pendant la lecture. C'est toute la difficulté d'avoir des critères "objectifs" pour l'évaluation littéraire.
    En tant qu'auteur, j'ai déjà été confrontée à des avis (et des notes) qui étaient justifiés par un thème déjà abordé ou un personnage non apprécié.  Pour d'autres, ce sera un coup de foudre... Je crains le pire pour mon dernier manuscrit en cours d'évaluation (la rencontre d'un homme violent aboyant ordre sur ordre et d'une jeune femme esclave sexuelle qui se protège derrière une hyper soumission)
    Je comprends et respecte l'avis des lecteurs qui n'appartient qu'à eux, même si j'ai trouvé ça un peu raide. C'est toujours le risque : nos personnages et nos histoires sont bien plus que ce qu'on écrit et on fait des choix. Que notre imaginaire soit compris et apprécié est une gageure.
    Alors tant pis... ou tant mieux ! ;)
    Bonne soirée.


  • Neau Estelle a dit :
    En tant que lectrice (j'en suis à mon 4e manuscrit évalué - une fiche publiée), je m'efforce de ne pas tenir compte de mes propres réactions face aux personnages et/ou à l'histoire pour donner mon humble avis sur la rédaction. Mais je ne vais pas mentir en disant que l'évaluation des histoires n'est pas influencée par les sentiments qui me bousculent pendant la lecture. C'est toute la difficulté d'avoir des critères "objectifs" pour l'évaluation littéraire. 

    Comment fais-tu pour tenter une évaluation objective si tu ne te bases pas sur tes ressentis face à un personnage ou une intrigue ? Comment tu évalues un personnage et sa bonne construction si la cohérence qu'il a pour toi (au-delà de dire "je l'aime il est gentil" ou "je ne l'aime pas il est méchant") n'entre pas en compte ? Je suis curieuse

    Enitram a dit :

    Le problème à mes yeux est que les lecteurs ont tendance à voir un défaut de scénario quand l'amour naît spontanément, immédiatement. Que ce soit un écrit à destination d'un public jeune ou vieux il est difficile de construire trois chapitres d'explications quand il n'y pas d'explication. 

    Je pense que le problème de certains auteurs est aussi d'aller appuyer ce coup de foudre, en faire des caisses pour dire "eh, regarde petit lecteur, les 2 là, ils sont amoureux, et même plus, ils ont eu un coup de foudre !" Enfin pour ma part c'est ça qui me dérange. Pourquoi aller autant exagérer et finalement rendre presque magique quelque chose qui existe, qui est naturel, et qui n'arrive pas siiiiiii rarement ?
  • Nakãra a dit :
    Comment fais-tu pour tenter une évaluation objective si tu ne te bases pas sur tes ressentis face à un personnage ou une intrigue ? Comment tu évalues un personnage et sa bonne construction si la cohérence qu'il a pour toi (au-delà de dire "je l'aime il est gentil" ou "je ne l'aime pas il est méchant") n'entre pas en compte ? Je suis curieuse

    Oh là...
    Avec ma naïveté de lectrice qui se fait embarquer par les histoires, j'essaie de faire la part des choses entre mes ressentis et l'analyse des personnages. Ce sont mes ressentis qui font que j'aime ou pas l'histoire que l'auteur choisit de nous raconter. Je peux sourire, soupirer, m'agacer, avoir un goût amer ou frissonner de ce que vivent les personnages ; mais j'essaie de me détacher de tout ça pour évaluer  l'histoire dans sa globalité et les personnages. Les personnages sont ce qu'ils sont (gentils,  marrants, maladroits, méchants, mièvres, violents, séducteurs, irresponsables, méprisants...). C'est le choix de l'auteur. Tant que le personnage est cohérent, j'estime ne pas avoir à le juger dans son caractère.
    Dans un des romans que je viens de lire, le personnage masculin a un comportement qui m'a hérissée : un goujat fini, impoli, violent dans ses propos et son mépris apparent, tranché dans sa vision du monde et ses décisions. Avec un tel individu, la femme plie ou s'en va. Enfin, je m'en vais ; pas l'héroïne. Ça m'a fait grincer des dents. Je n'ai compris qu'à la fin du livre.
    Cependant, le personnage est cohérent du début à la fin avec le caractère que l'auteur a choisi de lui donner. Et j'ai même aimé cette histoire d'amour née d'un coup de foudre qui n'avait rien de "magique"

    Et vous, comment faites-vous ? Comment évaluez-vous les personnages ? Quel poids votre ressenti a-t-il dans l'avis que vous donnez sur un manuscrit ?

  • Merci de ta réponse, je comprends un peu mieux ^^ 

    Pour ma part j'essaie de me baser sur : 
    - la cohérence du personnage : est-ce qu'au fil de l'histoire il reste cohérent avec lui-même, avec ses valeurs, avec le caractère qui lui a été donné ? Est-ce qu'à la page 120 il tue un animal de sang-froid alors qu'à la page 40 il en a vomi, et ce sans qu'il n'y ait d'explication ou de changement logique ? Une timide maladive devient-elle leader sans aucune raison autre que "besoin scénaristique" ?
    - la crédibilité du personnage : est-ce qu'il n'est qu'un cliché mis dans l'histoire ? Est-ce qu'il est assez superficiel et esquissé, ou est-ce qu'il a une vraie psychologie, on prend le temps de plonger dans son esprit et comprendre ses réflexions ? Le voit-on penser ou ne fait-il qu'enchaîner les actions comme une machine ? Evolue-t-il ? Est-ce cohérent à l'histoire ? Et est-ce que j'y crois ?
    Oui, je crois que ma question essentielle pour noter et évaluer un personnage c'est "est-ce que je crois à ce personnage ? Est-ce qu'il pourrait exister ?"
  • EnitramEnitram Messages 540
    décembre 2020 modifié Vote Up0Vote Down
    Neau Estelle a dit :
    Nakãra a dit :
    Comment fais-tu pour tenter une évaluation objective si tu ne te bases pas sur tes ressentis face à un personnage ou une intrigue ? Comment tu évalues un personnage et sa bonne construction si la cohérence qu'il a pour toi (au-delà de dire "je l'aime il est gentil" ou "je ne l'aime pas il est méchant") n'entre pas en compte ? Je suis curieuse

    Oh là...
    Avec ma naïveté de lectrice qui se fait embarquer par les histoires, j'essaie de faire la part des choses entre mes ressentis et l'analyse des personnages. Ce sont mes ressentis qui font que j'aime ou pas l'histoire que l'auteur choisit de nous raconter. Je peux sourire, soupirer, m'agacer, avoir un goût amer ou frissonner de ce que vivent les personnages ; mais j'essaie de me détacher de tout ça pour évaluer  l'histoire dans sa globalité et les personnages. Les personnages sont ce qu'ils sont (gentils,  marrants, maladroits, méchants, mièvres, violents, séducteurs, irresponsables, méprisants...). C'est le choix de l'auteur. Tant que le personnage est cohérent, j'estime ne pas avoir à le juger dans son caractère.
    Dans un des romans que je viens de lire, le personnage masculin a un comportement qui m'a hérissée : un goujat fini, impoli, violent dans ses propos et son mépris apparent, tranché dans sa vision du monde et ses décisions. Avec un tel individu, la femme plie ou s'en va. Enfin, je m'en vais ; pas l'héroïne. Ça m'a fait grincer des dents. Je n'ai compris qu'à la fin du livre.
    Cependant, le personnage est cohérent du début à la fin avec le caractère que l'auteur a choisi de lui donner. Et j'ai même aimé cette histoire d'amour née d'un coup de foudre qui n'avait rien de "magique"

    Et vous, comment faites-vous ? Comment évaluez-vous les personnages ? Quel poids votre ressenti a-t-il dans l'avis que vous donnez sur un manuscrit ?

    J'indique si mon désintérêt est le fait d'une vision personnelle.

    Exemples :

    La partie psychologique prend le pas sur l'aspect fantastique, beaucoup trop  pour moi. Mais là c'est une préférence personnelle, pas une critique.

    Le beau ténébreux trompé par sa fiancée, l'enfant battu, le père absent, la fausse-couche : je suis certaine que tous ces éléments trouveront leur public. C'est donc essentiellement une appréciation personnelle : à mes yeux c'est une accumulation de clichés choisis pour "faire pleurer dans les chaumières".

    J'essaie aussi de voir ce que d'autres pourraient apprécier pour le signaler. 

    Comme en cuisine si un plat a nécessité des heures de préparation, une maîtrise technique, que les goûts se marient parfaitement et qu'il est superbement présenté il ne me plaira pas forcément, je dirais peut-être "Je ne peux pas avaler ça, une seule bouchée me donne la nausée, j'ai senti du poivron, ça paraissait appétissant mais je déteste. Servez-le à quelqu'un d'autre il mettra peut-être un dix"

    Au final je note surtout selon les émotions ressenties. Le plaisir que j'ai eu à suivre le(s) personnage(s), je n'analyse pas son caractère : il me touche ou pas ! 

    Je note comme une lectrice pas comme un critique littéraire (je n'en suis pas un). 

    Le but ultime est de savoir si j'ai envie d'acheter le livre. 


  • Oui, peu importe nos critères, je dirais que l'essentiel est de donner un avis personnel, un avis de lecteur. Pas de machine qui note sur 20 en fonction de cases cochées. Puisque ce ne seront pas des machines finalement qui liront le livre
  • Certains personnages nous marquent et on se souviendra toujours de leur histoire. D'autres seront oubliés aussi vite que le livre refermé. Cela dépend de la manière dont l'auteur nous a entrainés dans l'histoire et de ce que ses mots peuvent provoquer sur nous par rapport à notre propre fonctionnement, notre vie... Mais la manière d'un auteur est peut être celle qui me touche et n'est pas la votre. Comme nous avons nos préférences en matière de couleur, de nourriture, de parfum... On a des préférences de genre mais le style compte aussi. Celui qui est mauvais pour moi, désagréable à lire, sera peut-être un petit bijou de littérature pour vous.  
    Alors, personnellement je note selon mon ressenti qui est complètement subjectif. Je ne sais pas si je saurai faire autrement mais comme l'a dit Enitram je note en tant que lectrice. Je n'ai pas d'autres codes que l'enthousiasme que j'ai ressenti ou non en lisant une histoire. 

     
  • Quant aux coups de foudre, j'y crois tout à fait dans la vraie vie :-)  Mais je peut être celle qui dira d'un roman que c'est allé trop vite. Pas parce que ce n'est pas crédible mais parce que moi je n'ai pas eu le temps de voir venir les choses et que du coup je n'ai pas réussi à m'attacher à cet amour. 
  • Petitapetit a dit :
    Quant aux coups de foudre, j'y crois tout à fait dans la vraie vie :-)  Mais je peut être celle qui dira d'un roman que c'est allé trop vite. Pas parce que ce n'est pas crédible mais parce que moi je n'ai pas eu le temps de voir venir les choses et que du coup je n'ai pas réussi à m'attacher à cet amour. 
    Bon, tu fais donc partie de la team "j'y crois"  <3
    On m'a appris il n'y a pas longtemps ce qu'était le hashtag (parce que je me demandais pourquoi le dièse avait changé de nom).
    Donc je pourrais faire un   #jecroisaucoupde foudre    :p
  • Un très beau # oui  <3
  • Echanges intéressants sur le coup de foudre !
    A mon avis, beaucoup de succès littéraire ont eu pour moteur le coup de foudre (ex : Emma Bovary de Flaubert) ou à l'inverse la haine (ex : les Hauts de Hurlevent de Bronte), sentiments forts qui souvent ne respectent pas toujours la morale, ou les bonnes mœurs (Flaubert a été interdit d'édition car la passion d'Emma hors mariage pour son amant était considérée comme immorale).
    Le coup de foudre existe, mais, à mon sens, il n'est pas si fréquent et comme c'est le rêve de la plupart d'entre-nous, c'est un sentiment qui permet au lecteur de se déplacer dans la peau du personnage.
    Ne pas confondre coup de foudre qui résiste aux vicissitudes du temps et passion aveugle d'un soir qui s'éteint aussi vite qu'elle est apparue...
    En tout cas, rien de ridicule d'utiliser ce ressort romanesque !
  • J'oubliais : si vous aimez les histoires de coup de foudre, je vous conseille de revisionner l'excellent film "coup de foudre à Notting Hill" avec Julia Roberts et Hugh Grant. En plus l'histoire a pour toile de fond une petite librairie de quartier : "William Thacker est propriétaire d'une librairie indépendante dans le quartier de Notting Hill, à Londres. Il partage un appartement avec Spike, un Gallois excentrique, et a un petit groupe d'amis proches.

    Il rencontre un jour l'actrice renommée de Hollywood Anna Scott, quand elle entre dans sa librairie. Plus tard dans la journée, il la bouscule dans la rue et lui renverse son jus d'orange dessus. Il l'invite chez lui afin qu'elle se change. Alors qu'elle part, elle l'embrasse impulsivement"...
  • Aaah le coup de foudre! Love at first sight. Cette chose que je n'ai pas encore connu dans ma vie perso même si j'ai déjà été en couple.  Cette chose qui peux frapper du jour au lendemain et qui bouscule tout. 
      Eh bien je ne doute pas de son existence mais je dirai que ça dépend du contexte. J'ai vu des filles (je prend l'exemple des filles car c'est l'exemple que j'ai le plus rencontré) avoir un soi-disant "coup de foudre" pour quelqu'un et un autre 3 semaines après avec quelqu'un d'autre pour au final sortir avec garçon numéro 3 qui était le 3eme coup de foudre donc. J'avais plus l'impression que c'était des coups de cœur mais passons.  A l'inverse, mon ex-copain avait eu le coup de foudre pour moi. Dès le jour même il voulait sortir avec moi alors que moi il ne m'avait pas fait bonne impression. :3 Ou mon père qui raconte encore plus de 30 ans après son coup de foudre pour ma mère...  <3

    Alors un coup de foudre dans les livres? Ca ne me dérange pas à condition que, comme l'a soulevé @Nakãra , il n'en soit pas fait des caisses. Où alors est-ce notre jugement personnel? Sommes nous jalouses des protagonistes? 
    Mais si c'était le cas je serai jalouse dans toutes les romances non? 
      Est-ce parce que je trouve ça ridicule et que je ne me vois pas aller vite? Ah ça c'est fort probable! J'admire les personnes qui vont vite, en 1 an ils se sont rencontrés, mis en couple, fiancés, mariés, achetés une maison et ont un bébé. Waouh!  Ils ne se posent pas de questions. Ils profitent de la vie sans penser aux lendemains. Ils lâchent prise quoi!
      Ca dépend aussi du contexte. Cassiopée est mariée à 20 ans dans "Les Ailes d'Emeraude" et à son enfant vers 22 ans si j'ai bien calculé. C'est à la fois un coup de foudre mais il y a tellement eu de développement avec les personnages. Et puis il a le contexte historique. On se mariait plutôt jeune il y a quelques années. Vers 18 ans.
      Les coups de foudres c'est magique, c'est génial à lire. Mais quand ils en font des tonnes on a tendance à rouler des yeux. Et en même temps n'est-ce pas ça le coup de foudre? Être dans son petit monde et les autres autour de vous roulent des yeux devant tant de tendresses.

    Monsieur Darcy à eu le coup de foudre... mais lui a galéré pour avoir Lisbeth haha! 
    En fait ce qui me dérange c'est "Oh je suis trop amoureuse depuis le début de machin mais il y a aussi truc-muche qui est plutôt beau OH je fais quoi gnagna" Un coup de foudre incluant un triangle amoureux quoi. 

    Bref je suis plutôt en découverte pour le coup... et ce pavé montre que ça doit être quelque chose d'assez difficile à retransmettre à l'écrit sans tomber dans le cliché.
  • Mélie a dit :

    Bref je suis plutôt en découverte pour le coup... et ce pavé montre que ça doit être quelque chose d'assez difficile à retransmettre à l'écrit sans tomber dans le cliché.

    C'est de toute façon un vaste sujet et je trouve ça fascinant. Parce que même quand on y croit, même quand on l'a connu, il reste plein de questions auxquelles il est impossible de répondre.

    Il doit y avoir des nuances : le coup de foudre qui écrase tout le reste et rend totalement aveugle, celui qui laisse quand même lucide sur les défauts de l'autre, celui qu'on peut combattre parce que c'est irrationnel et donc opposé à son caractère.

    Agit-il à la même vitesse pour chacun : déclenché par un regard, provoqué par un baiser, ou seulement après quelques heures de conversations.

    Peut-il s'éteindre à la même vitesse ? L'amour est un sentiment qui ne se commande pas donc on peut ne plus aimer. Est-ce que ça vient toujours un peu à la fois (pour des raisons tangibles ou sans raison particulière), ou est-ce qu'il peut arriver pour certaines personnes que ce soit un "coup de foudre à l'envers" : c'est évident en un éclair !

    Est-ce qu'il glisse vers un amour "classique" sans que vous puissiez vous en apercevoir ? Supposons que vous ayez un coup de foudre, une certitude viscérale après avoir croisé son regard que si ce garçon sort de votre vie vous aurez toujours un trou dans le cœur. Heureusement c'est réciproque et vous vivez ensemble. Est-ce que l'amour que vous éprouvez au bout de quelques décennies est le même que s'il était né un peu à la fois ? S'il y a une différence il est impossible de le savoir !

    Tout ce qui touche aux sentiments est mystérieux. L'amour entre deux êtres, entre parent et enfant, mais aussi son inverse (pourquoi éprouve-t-on parfois de l'antipathie en regardant quelqu'un dont on ne connaît rien ?). 

    Je pense que les auteurs peuvent pratiquement écrire ce qu'ils veulent sur le sujet : impossible de prouver qu'ils se trompent (sauf s'il partent du principe que ça n'existe pas  :p   )


  • Rah, c'est très intéressant de lire, j'ai envie de faire plein de réponses mais il est déjà tard, je devrais être raisonnable et aller me coucher :p je donnerai donc ma réponse au prochain épisode... A savoir sûrement demain après-midi (oui je fais du teasing héhé ;) )
  • Nakara mais qu'est ce que c'est que cet effet d'annonce ! Il est 21h30 et... Je devrais donc me reconnecter demain soir ;-) Bon courage pour la nouvelle semaine de cours qui arrive. 
  • @Mélie j'avais une amie aussi au collège, pareil, toutes les 2/3 semaines hop elle se disait amoureuse d'un nouveau gars. Et comme par hasard à chaque fois c'était un gars populaire (autrement dit, à l'aise à parler en public et pas "robot réciteur de cours" avec les profs). Mais bon au bout d'un moment c'est un peu ridicule à voir comme comportement. 

    Je n'ai jamais connu de coup de foudre non plus, mais après est-ce que le caractère ne joue pas pour beaucoup dedans ? Je sais que quoi que l'on dise, notre inconscient joue un rôle énorme : on peut avoir l'impression d'être en totale transparence, de n'intéresser personne, et même dans des domaines plus larges, de ne pas savoir quoi faire de ses mains ou se sentir incompétent au travail. Et un beau jour on trouve avec étonnement toutes ces portes ouvertes, on se dit que la chance a enfin tourné. Sauf que non : ces portes on toujours été ouvertes, c'est nous-mêmes qui nous forcions à les voir fermées, parce qu'on ne se sentait pas prêt, ou qu'on ne s'autorisait pas à y accéder, par manque souvent de confiance en soi. Et c'est frappant quand on est spectateur : quand un(e) ami(e) se dit souffrir de solitude et n'intéresser personne, alors que plusieurs personnes lui tournent autour de manière criante, mais qu'il/elle est le/a seul(e) à ne pas les remarquer. Tout ça pour revenir au coup de foudre : est-ce qu'on fonction de nos caractères (et pas forcément de préparation : on peut avoir un caractère à ne pas être dans la spontanéité, à plutôt réfléchir que partir en week-end un vendredi soir à l'étranger sur un coup de tête), on pourrait plus ou moins y être sensible ? 

    Tes questions @Enitram ouvrent toute une réflexion, et souvent (malheureusement) dans les représentations du coup de foudre, on a toujours le même schéma de mis en avant, alors qu'il y a plein d'évolutions possibles, surtout dans le futur et le prolongement. Enfin c'est l'impression que j'ai, avec les livres/films que j'ai pu voir, dans lesquels il n'y a qu'un type de coup de foudre. 

    J'ai aussi l'impression que parfois on donne l'amour du coup de foudre comme plus légitime et supérieur à celui qui se construit petit à petit. Peut-être. Peut-être pas. Peut-être qu'il y a plusieurs intensités de coup de foudre. Et qu'il paraît plus fort parce qu'on reçoit une quantité d'émotions très fortes dans un temps très bref, donc ça nous paraît beaucoup plus intense qu'une relation qui est venue plus progressivement. Et dans le cadre d'un coup de foudre qui arrive alors qu'on est en couple par exemple, qu'en penser ? Pour revenir à mon idée de début, est-ce que si ça arrive ça veut dire que malgré la relation en cours, on était ouvert à autre chose, à une autre relation ? Ce qui voudrait donc dire que le couple était déjà (du moins en partie) destiné à se séparer, si on s'ouvre à la possibilité d'autres relations ou personnes aimées ? Je sais que je m'engage sur un terrain dangereux, parce que la définition du couple et des "autorisés/interdits" varie d'une personne à une autre. Mais voilà...
  • Petitapetit a dit :
    Nakara mais qu'est ce que c'est que cet effet d'annonce ! Il est 21h30 et... Je devrais donc me reconnecter demain soir ;-) Bon courage pour la nouvelle semaine de cours qui arrive. 
    Je sais je sais... Je suis une inconditionnelle du retard. Systématiquement XD Quoi que je tente... (ce qui par moments me pose des problèmes)
    Mais le message est présent, ça y est. 
    Bonne nuit alors, et merci. La semaine va être longue en partiels mais on va essayer de survivre
  • Aaaaah enfin la réponse tant attendue ! Tu as répondu le jour J donc techniquement t'es pas en retard... mais tu sais te faire attendre !

    Oh oui Enitram c'est un sujet fascinant! Il y a tellement matière à débattre la preuve!

    @Nakãra Entièrement d'accord avec toi pour les portes. Je fais partie de ces gens là, qui n'ont pas beaucoup confiance en soi. Ça change et heureusement j'ai plus confiance en moi qu'il y a un an par exemple. 
       Tu reflètes presque mon adolescence ! Je savais que certains tournaient autour de moi mais la porte était fermée, scellée même. C'etait non catégorique. Les pauvres  =)
      C'etait comme ça je n'étais pas prête et le comportement de mes amies me dégoûtait, je trouvais ça ridicule et à cette époque de ma vie personnelle, même si j'étais très jeune, je n'étais tout simplement pas disponible au niveau émotionnel.
      Quand j'avais 20 ans, je me souviens très bien en septembre 2017, je rentrais en étude supérieure et j'avais dit "Ok bon si on m'approche cette fois je laisserai la porte entrouverte". Et 2 jours après ? Je rencontrais celui qui allait partager 2 ans de ma vie.
      Préparez vous car quand vous ouvrez une porte ça vient de suite les changements !  ;)

    Il est vrai que ça dépend des intensités et du caractère. Mon caractère fait que je suis fermée au coup de foudre et que je suis plutôt sur du petit à petit. C'est ce qu'il s'est passé pour moi. L'amour est puissant et vous retourne et vous oblige à faire face à vos pires peurs. Mais surtout à vous laisser aller... et je ne l'ai pas fait même si ça m'aidée petit à petit. Pour moi c'était ça. En somme je n'étais pas prête tout simplement! 
      Et le coup de foudre de la personne en face de moi m'a fait peur tout simplement. Je ne regrette absolument pas ces 2 années, j'ai énormément appris mais je me rends compte que je n'étais pas prête à ça.

      Quand on se pose trop de questions, je pense que c'est un véritable frein au coup de foudre. Beaucoup ne se posent pas de questions et vivent l'instant présent! 
  • Pas trop d'accord avec toi  
    C'est une émotion viscérale, pas un état d'esprit. Et si l'analogie est moche on peut quand même comparer à une nausée : vous pouvez la combattre, ne pas vous laisser submerger, ou la laisser vous envahir, mais vous ne pouvez pas nier qu'elle est là.
    C'est la suite qui est sujet à débat, les questions viennent après.  ;)
  • Le coup de foudre... Là est toute la question !
    Ne le ratez pas s'il frappe à votre cœur car meme s' il est éphémère,  il sera d'une intensité absolue, délicieuse...
    La peur n'évite pas le danger... et même avec retenue et réflexion, l'amour n'en sera sans doute pas plus beau, ni plus long, ni plus fort ! 
    Bon vous m'aurez compris, Vive le coup de foudre ! Le mien dure depuis 41 ans !
    Bonne soirée à vous toutes et tous... faites de beaux rêves !
    Au plaisir
    Nadine

  • Vous avez toutes les deux connus le coup de foudre donc vous parlez d'expériences ! Et en plus un coup de foudre qui dure pour votre part. C'etait réciproque? 
      Mais personnellement comme ça ne m'est pas arrivé eh bien c'est abstrait. Et j'ai tendance à penser que mon caractère fait que c'est ainsi. Mais qui sait? Peut-être demain aurais-je le coup de foudre?  B)
  • Mélie a dit :
    Vous avez toutes les deux connus le coup de foudre donc vous parlez d'expériences ! Et en plus un coup de foudre qui dure pour votre part. C'etait réciproque? 
      Mais personnellement comme ça ne m'est pas arrivé eh bien c'est abstrait. Et j'ai tendance à penser que mon caractère fait que c'est ainsi. Mais qui sait? Peut-être demain aurais-je le coup de foudre?  B)
    Je suis certaine que ça arrivera Melie... on a tous son âme sœur  qui attend quelque part  pour faire la route à 2 !...  <3  et puis pas besoin d un énorme coup de foudre, un bel éclair peut suffire  !  =)
    Bonne nuitée , fais de beaux rêves  !

  • A croire @Mélie que c'est parce qu'on est jeunes... je n'ai jamais connu de coup de foudre (ou de bel éclair). Mais après je ne le regrette pas : ça fait un peu plus de 2 ans que je suis avec mon copain, et pour tous les deux l'arrivée des sentiments a été progressive et naturelle (même si certains diront que ça a été un peu rapide). Et ce sont 2 années (et un copain :yum: )que je n'échangerai pour rien ! :relaxed:
  • Pour moi le coup de foudre c'est chimique, un ressenti physique la première fois que tu vois la personne et malgré les dizaines d'années qui passent cette personne est toujours dans ton esprit même si tu as connu l'amour après lui/elle.  Mais, malheureusement, les coups de foudre ne sont pas toujours réciproques. 
    Et s'ils le sont, ils peuvent aussi s'éteindre comme ils se sont enflammés quelques années après si finalement l'attirance n'était que purement physique. Mais si par chance en plus de cette attirance évidente des corps, l'esprit est aussi de la partie, si les personnes s'attachent d'autres manières en plus, alors là jackpot !! 

    Et Nakara, je ne pense pas que ce soit plus ou moins solide que des sentiments qui naissent progressivement ;-) 

  • NakãraNakãra Messages 951
    décembre 2020 modifié Vote Up0Vote Down
    Je pense que de toute manière, coup de foudre ou non, ce qui est important est ce qu'on en fait. Je pense que c'est comme un feu : il peut naître d'une étincelle (ou d'un coup de foudre, au sens premier du terme), ou alors mettre du temps à venir. Parfois il n'y a presque rien à faire ensuite, il se tient tout seul, et parfois il faut l'entretenir bien plus. Mais dans tous les cas il faut garder un œil dessus, le surveiller, sinon on se réveille un beau matin on s'étonnant qu'il soit éteint

  • Nakãra a dit :
    Je pense que de toute manière, coup de foudre ou non, ce qui est important est ce qu'on en fait. Je pense que c'est comme un feu : il peut naître d'une étincelle (ou d'un coup de foudre, au sens premier du terme), ou alors mettre du temps à venir. Parfois il n'y a presque rien à faire ensuite, il se tient tout seul, et parfois il faut l'entretenir bien plus. Mais dans tous les cas il faut garder un œil dessus, le surveiller, sinon on se réveille un beau matin on s'étonnant qu'il soit éteint
    C'est ça :-) Chanceux ceux qui ont de quoi se réchauffer en tous cas  ;)
  • Nakãra a dit :
    A croire @Mélie que c'est parce qu'on est jeunes... je n'ai jamais connu de coup de foudre (ou de bel éclair). Mais après je ne le regrette pas : ça fait un peu plus de 2 ans que je suis avec mon copain, et pour tous les deux l'arrivée des sentiments a été progressive et naturelle (même si certains diront que ça a été un peu rapide). Et ce sont 2 années (et un copain :yum: )que je n'échangerai pour rien ! :relaxed:
    Hehe c'est ça ! A croire! En même temps on a tellement de choses à voir vu notre âge  :3

    Ne fais pas comme moi, j'espère que tu le garderas encore longtemps! 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.