Un auteur a-t-il le droit de contacter les lecteurs durant la phase d'évaluation de son manuscrit ?

Bonjour à tous,

Auteur fraîchement inscrit sur les nouvelles plumes, je me pose quelques questions au sujet de ce qui est conseillé, permis, toléré, ou alors interdit dans notre situation.

Ainsi, lorsque le manuscrit d'un auteur est en évaluation entre les mains des lecteurs du site, l'auteur peut-il, doit-il, ou au contraire n'a-t-il pas le droit de prendre contact avec certains lecteurs dont le profil suggère qu'ils puissent être en phase avec son livre, en utilisant la fonction "envoyer un message" de leur profil, afin d'inciter ces lecteurs à jeter un oeil sur le travail de l'auteur, voir plus si affinités (littéraires) ?

Cette démarche proactive est-elle conseillée, voire encouragée afin de nous stimuler à être actif dans la promotion de nos écrits ? Est elle sinon juste tolérée ? Ou alors est-elle carrément à proscrire ?

Dans le monde de l'entreprise, les démarches proactives sont, de nos jours, le Graal absolu (les managers ici présents vous le confirmeront). Mais doit-on appliquer les recettes du monde de l'entreprise quand on souhaite se faire éditer ici même ?

Bref, quelles sont les règles à suivre à ce sujet ?

En tant qu'auteur tentant sa chance sur les nouvelles plumes, je m'engage d'ores et déjà à respecter scrupuleusement les règles qui me seraient imposées... à condition bien sûr d'en être informé.
Mon but n'est pas de tricher... mais pour ne pas tricher, fût-ce "à l'insu de son plein gré", faut-il encore savoir savoir si une action est "légale" ou non.

Alors, démarche proactive des auteurs par rapport aux lecteurs, c'est oui ou c'est non ?
«13456

Réponses

  • 159 Réponses sorted by Votes Date Added
  • De mon expérience personnelle je ne l'ai pas fait, mais je le regrette, il y as beaucoup de gros lecteurs ici et aucun n'a lu mon manuscrit, je ne pense pas que les contacter aillent contre les régles, sachant que s'ils acceptent de le lire c'est pour le noter, et non pas pour faire plaisir. De toutes façon lire un livre pour faire plaisir n'est pas forcement constructif si la personne ne remplis pas la fiche de lecture correctement, ça n'aide pas l'auteur.
  • Je suis lectrice et il m’est arrivé plusieurs fois d’être contactée par des auteurs me proposant de lire leur manuscrit. 

  • ça me conforte dans l'idée que j'aurais peut être du :) en tout cas bonne chance à toi TNK :)
  • K. S. Duncan a dit :
    De mon expérience personnelle je ne l'ai pas fait, mais je le regrette, il y as beaucoup de gros lecteurs ici et aucun n'a lu mon manuscrit, je ne pense pas que les contacter aillent contre les régles, sachant que s'ils acceptent de le lire c'est pour le noter, et non pas pour faire plaisir. De toutes façon lire un livre pour faire plaisir n'est pas forcement constructif si la personne ne remplis pas la fiche de lecture correctement, ça n'aide pas l'auteur.

    Danièle a dit :
    Je suis lectrice et il m’est arrivé plusieurs fois d’être contactée par des auteurs me proposant de lire leur manuscrit. 

    Merci K. S. Duncan et Danièle pour vos réponses instructives.

    En fait, plus que de ne pas être lu (encore que...) j'ai la crainte d'être lu par des gens qui cherchent autre chose d'un roman que ce que je leur apporte... et de le payer cher.

    Or comme affirmer un style c'est choisir, et choisir c'est exclure, en affirmant mon style, je me ferme forcément la porte de certains lecteurs. C'est ainsi. On ne peut pas plaire à tout le monde.

    J'en ai déjà fait l'expérience sur un site similaire, avec un autre manuscrit que celui que je vous proposerai ici. Si beaucoup de commentaires étaient positifs, l'une des appréciations me disait néanmoins en gros que mon récit était bien écrit, sans fautes, mais que la lectrice n'était pas arrivée à rentrer dedans. C'est absolument son droit... mais un droit qui m'a coûté cher.

    D'ailleurs pour info, je me suis entre temps inscrit comme lecteur sur le site précité (je n'ai pas de compte lecteur ici, sur les nouvelles plumes) et il m'est arrivé la même chose : tomber sur un livre bien écrit, sans fautes, aux phrases bien tournées, au résumé appétissant, mais dans lequel je n'ai pas réussi à entrer. Seule différence : dans ce cas, je me suis contenté... de ne pas commenter, m'estimant illégitime à briser le rêve d'une personne ayant, malgré ma non-accroche, livré un travail de qualité.

    Suite à cette expérience, je me suis dit qu'en scrutant le profil des lecteurs, en découvrant les ouvrages qui leur ont plu (qu'ils aient ou non été édités in fine), si je suis autorisé à contacter les lecteurs (comme ça semble être le cas), je pourrais à quelque part composer moi-même le jury qui me notera. Bien pratique, quand même...

    Bien sûr, le risque zéro n'existe certes pas, mais en ce faisant, j'optimiserai quand même mes chances de tomber sur des frères et soeur d'âme, et non des lecteurs/trices aux goûts tout simplement incompatibles avec mes écrits (ce qui, je le rappelle, est leur droit le plus total).





  • Tu sais mon roman est un mélange de SF et de fantasy qui débute comme un livre policier :) c'est peut être pas evident de rentrer dedans, en tout cas je n'ai pas eu cette critique. Par contre il est parfois difficile de trouver un juste milieu entre le "trop détaillé" et le "pas assez détaillé" :)
  • TNKTNK Messages 465
    juin 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    K. S. Duncan a dit :
    Tu sais mon roman est un mélange de SF et de fantasy qui débute comme un livre policier :) c'est peut être pas evident de rentrer dedans, en tout cas je n'ai pas eu cette critique. Par contre il est parfois difficile de trouver un juste milieu entre le "trop détaillé" et le "pas assez détaillé" :)
    Intéressant mélange. Peut-on en lire un extrait quelque part (sachant que je n'ai pas de compte lecteur sur les NP) ? Je serais intéressé par découvrir ton univers.

    Dans le cas de mon roman qui - je l'espère - sera bientôt évalué ici, je donne dans ce que j'appelle de l'aventure-SF. Si je devais le comparer à des films (un de mes sports favoris), je te dirais que c'est un peu un mélange entre Retour vers le futur (devine pourquoi !), Ennemi d'Etat (pour le coté parano - conspiration - cavale...) et Le 5eme élément (pour l'héroïne... encore qu'en réalité, celle-ci soit inspirée d'un amour de jeunesse, qui valait bien son pesant de Leeloo Dallas Moultipass en termes d'énergie et de folie).

    Nota : je l'ai classé en "aventure" et non en "SF", car j'ai cru comprendre que le lectorat SF souhaite d'emblée être emmené dans un univers lointain (genre durant le mundial intergalactique de spaceball à six pattes de l'an 4572, sur la 3eme planète à gauche de Jupiter), et non se retrouver dans notre monde "à nous", avec juste un élément de SF qui s'y rajoute (bref, une Delorean qui t'envoie en 1955, ça ne suffit pas pour être "SF"). Sans parler des a priori négatifs sur ce style, qui le fait passer pour de la "littérature pour geek binoclard asocial en doctorat d'astrophysique", à mille lieues du style grand public que je revendique.

    Pour l'aspect "trop détaillé" / "pas assez détaillé", je suis parti de mon expérience de monteur dans l'audiovisuel : en dire / montrer assez, c'est en dire / montrer trop peu. Cela crée une (légère) frustration qui, paradoxalement, te fait avaler le film / les pages. Après comme dit, la méthode peut déplaire... mais elle me convient bien :-)

    Sans oublier que cette méthode est un peu nécessaire quand, même épuré au max, ton bouquin fait 103000 mots... si je m'étais en plus lancé dans des descriptions à rallonge, qui auraient certes pu être belles sur le plan littéraire, j'aurais pondu une oeuvre de 1500 pages... et encore, ça n'aurait été que le premier volume...

    ...je me suis néanmoins permis 2-3 "pauses descriptions" dans le livre, qui outre servir le récit (comment ne pas décrire la Voie lactée étincelante au-dessus d'une mer de nuages... quand l'héroïne n'a jamais vu les étoiles de sa vie ?), sont également là pour démontrer au lecteur plus "classique" que cet exercice de style ne me fait pas peur :-)
  • ça a l'air intéressant comme approches. Quant au mien c'est bien dans un univers lointain pour le 1er tome, mais en fait je suis optimiste, y aura bien un rapport avec notre univers dès le tome 2 qui est finit d'ailleurs. Pour le lire, il n'est plus dispo ici du coup vu que l'évaluation est terminée, je ne le remet pas ailleurs pour le moment vu que je pense le retravailler, mais je manques un peu de temps :)  En fait j'avais profiter du concours pour poster ici vu que ça a un rapport avec France Loisirs et que j'y avait bosser au début 2000, je me suis dit pourquoi pas. Mais bon comme je le disait je ne serait pas édité :)
  • Sincèrement, si un auteur me contacte et que son manuscrit est dans une catégorie que je n’apprécie pas, je ne le lis pas. On peut filtrer les catégories. 

    Après au niveau critique, si un récit se tient, s’il est bien écrit, mais que l’histoire ne m’emballe pas,je le noterai mieux qu’une histoire qui me plait, mais truffée de fautes. J’essaie d’être le plus constructive possible, surtout dans le négatif. 

    Il il faut accepter de déplaire. NP a de toute façon le dernier mot. Il y a des manuscrits avec que des bonnes critiques qui ne sont pas édités et d’autres avec quelques mauvaises critiques qui le sont. J’imagine qu’il y a un aspect commercial. 
  • exactement du coup avec seulement 8 critique et une moyenne de 8,56/10 (50% de coup de cœur) n'a pas suffit :) du coup il ne sera pas lu pour le concours car pas suffisamment de coup de cœur.
  • C’est déjà bien huit critiques. Beaucoup en ont moins. Parfois c’est marrant, pour le même récit il y a d’excellent critiques et d’autres très mauvaises. 
  • Je suis lectrice et j'ai déjà été contactée aussi, dans ce cas si je lis le roman mais que je n'aime pas je transmets ma critique par messagerie pour ne pas pénaliser l'auteur.


  • @Danièle oui c'est marrant la plus basse des critiques, surtout que celui qui m'a mis la plus mauvaise note a beaucoup aimé et regrette au final de ne pas avoir mis plus :) mais c'est le jeu ^^

    @Enitram c'est délicat de ta part en tout cas :)
  • K. S. Duncan a dit :
    @Danièle oui c'est marrant la plus basse des critiques, surtout que celui qui m'a mis la plus mauvaise note a beaucoup aimé et regrette au final de ne pas avoir mis plus :) mais c'est le jeu ^^

    @Enitram c'est délicat de ta part en tout cas :)
    Mais alors pourquoi il a mis une mauvaise note ? Moi quand je le fais, j’assume.

    Je ne suis pas aussi gentille qu’@Enitram. ;-) Même s’il m’est arrivé de m’abstenir de noter pour ne pas blesser l’auteur. 

    Je pars du principe que les auteurs cherchent des avis. La critique permet de s’améliorer. 
  • Et bien je ne suis pas spécialement "gentille" mais l'expérience (message insultant) m'a appris à ne plus donner mon avis de façon aussi sincère qu'au début.

    Par contre quand l'auteur me contacte directement j'estime qu'il est prêt à entendre la critique, et c'est plus facile de lui transmettre mes remarques qu'à travers la fiche de lecture.

  • il pensait que la note suffirait, après je n'ai pas approfondit :) Après une critique est une critique, ça aide toujours.
  • Enitram a dit :

    Et bien je ne suis pas spécialement "gentille" mais l'expérience (message insultant) m'a appris à ne plus donner mon avis de façon aussi sincère qu'au début.

    Par contre quand l'auteur me contacte directement j'estime qu'il est prêt à entendre la critique, et c'est plus facile de lui transmettre mes remarques qu'à travers la fiche de lecture.

    C’est vrai, certains sont susceptibles. Cela m’est arrivé une fois et j’ai répondu poliment, mais sèchement. Le type s’est excusé. 

    Si si on cherche des louanges, il faut demander l’avis de ses proches. Mais certains ne l’ont pas compris. J’essaie pourtant de ne pas blaisser. 

    Et oui parfois l’auteur me contacte et je fais pareil, je donne mon avis. Mais c’est rare. Est-ce que ça t’arrive souvent d’être contactée?
  • Blesser pas blaisser :'(
  • Non, j'ai été contactée seulement deux fois.
    Concernant le message insultant ce n'est arrivé qu'une seule fois mais ça m'a vraiment troublée (je suis trop sensible), le plus désolant c'est que la personne qui m'a incendiée avait un seul avis  : le mien !!! Et en plus je n'avais pas été méchante soulignant les bons aspects du livre.
    Je dois dire aussi qu'on reçoit quand même pas mal de messages de remerciements et ça c'est bien agréable, ça paye de la peine qu'on prend à rédiger les fiches.
  • c'est normal de remercier les personnes qui prennent de leur temps pour nous lire :)
  • K. S. Duncan a dit :
    c'est normal de remercier les personnes qui prennent de leur temps pour nous lire :)
    Moi, ça m’arrive rarement. Mais j’apprécie le contact avec les auteurs. 
  • Ceci dit comme je le disait j'ai essayé qu'un roman ici et j'ai eu 8 critiques, j'ai pu remercier tout le monde du coup. Par contre ravi de voir que ce forum s'anime aujourd'hui grâce à @TNK :)
  • Bonjour, alors @TNK oui il est tout à fait possible d'envoyer des messages à des lecteurs en leur suggérant ton manuscrit (il faudra bien penser à donner le titre, car lors de la mise en ligne du texte, je ne sais pas si tu es au courant, mais ton nom n'est pas donné, et c'est un pseudonyme aléatoire qui est attribué). 

    Je ne suis pas vraiment d'accord avec ta perception des commentaires/avis des lecteurs. Si j'ai bien compris, tu aimerais viser les lecteurs en amont, pour avoir de plus grandes chances de cibler un public à qui ton manuscrit est susceptible de plaire, et avoir par conséquence plus de chance de recevoir des commentaires positifs. C'est une bonne approche, pour l'optique de la note aussi haute que possible et la possibilité de publication. Cependant je trouve que les avis négatifs ne sont pas un mal, que ce n'est pas "dommage", et encore moins "pénalisant" d'en recevoir. Entendre que son livre est bien, c'est toujours plaisant. Mais ça ne fait pas avancer les choses. Tandis que de recevoir que notre texte ne plait pas, certes fait mal à l'ego et décourage dans un premier temps, car on se dit que notre travail n'a servi à rien, mais dans un deuxième temps cela permet de prendre du recul sur notre écrit, et de savoir ce qu'il y a à améliorer pour qu'en le soumettant de nouveau à la lecture, on ne reçoive plus ce genre de remarque. je considère les avis négatifs comme les meilleurs et les plus importants (à condition d'être justifiés et respectueux, cela s'entend). Je ne dis pas qu'on ne peut rien retirer d'un avis élogieux, car les personnes peuvent souligner ce qui leur a particulièrement plu, mais il semble difficile de retravailler et améliorer quelque chose qui plait en l'état, ou alors on prend le risque d'en faire trop et finalement baisser la qualité du passage (le mieux est l'ennemi du bien, comme on dit). Tandis qu'un avis négatif nous permettra de travailler l'une de nos faiblesses. Sans dire qu'il faut prendre en compte chaque détail qui est souligné comme n'ayant pas plu, car une personne peut ne pas apprécier ce qu'une majorité va trouver bien, et changer pour contenter cette première personne serait donc une erreur, mais vouloir favoriser la réception d'avis positifs est aussi à mon sens une erreur. C'est se fermer à une partir du lectorat. 

    Un autre paramètre peut être pris en compte aussi, si tu décides de regarder les livres lus par les lecteurs afin de cibler. C'est au niveau des préférences des genres. Je sais que des filtres sont possibles, mais ce n'est pas vraiment de ça dont je veux parler. Il est possible que la sélection "virtuelle" des livres ne correspondent pas totalement aux préférences "papier" des lecteurs, simplement parce que les livres du site du genre qu'ils préfèrent ne les inspirent pas, ou que les contraintes de la lecture sur écran vont les freiner et les rebuter pour choisir un livre de 600 pages, alors qu'en version papier ils n'ont pas de souci avec les livres de 800 pages. 

  • Danièle a dit :
    Sincèrement, si un auteur me contacte et que son manuscrit est dans une catégorie que je n’apprécie pas, je ne le lis pas. On peut filtrer les catégories. 

    Après au niveau critique, si un récit se tient, s’il est bien écrit, mais que l’histoire ne m’emballe pas,je le noterai mieux qu’une histoire qui me plait, mais truffée de fautes. J’essaie d’être le plus constructive possible, surtout dans le négatif. 

    Il il faut accepter de déplaire. NP a de toute façon le dernier mot. Il y a des manuscrits avec que des bonnes critiques qui ne sont pas édités et d’autres avec quelques mauvaises critiques qui le sont. J’imagine qu’il y a un aspect commercial. 
    Je ne suis pas dans les arcanes des NP, mais ... c'est possible.

    Cela dit, ils doivent quand même se baser sur les évaluations, au moins pour faire un premier tri... comme les lecteurs du site sont peu ou prou un échantillonnage représentatif du lectorat français, ça leur permet justement de cerner le potentiel commercial d'un livre.

    Quant à déplaire, je n'ai aucun problème avec ça... surtout si je déplais aux gens qui détestent mon univers... et qui détesteraient tout autant les best-sellers du genre.

    Voilà pourquoi il est important de distinguer "déplaire" de "déplaire à qui c'était pourtant destiné". Quand j'ai fait lire mon roman autour de moi, je savais exactement à qui ça allait plaire et à qui ça ne plairait pas. Et je ne me suis pas trompé...
    Danièle a dit :
    Je pars du principe que les auteurs cherchent des avis. La critique permet de s’améliorer. 
    Aussi certes... mais en général, s'ils viennent ici, c'est pour tenter de se faire publier. Si un auteur cherche des avis, rien ne l'oblige à venir ici. Il peut publier sur son blog ou sur un site spécialisé (il y en a qui vous permettent d'autopublier son roman en ligne, en entier ou en feuilleton). Gratos. Avec un lectorat potentiel à l'échelle planétaire.

    Sans parler que l'on reçoit parfois des avis contradictoires. Si un premier lecteur te dit "il faudrait qu'il y ait plus de scènes d'action" et un second t'indique qu'il en faudrait moins, ça va être difficile de corriger ton roman pour plaire aux deux à la fois...


  • K. S. Duncan a dit :
    Ceci dit comme je le disait j'ai essayé qu'un roman ici et j'ai eu 8 critiques, j'ai pu remercier tout le monde du coup. Par contre ravi de voir que ce forum s'anime aujourd'hui grâce à @TNK :)
    Qu'un insomniaque finisse par réveiller son monde, quoi de plus normal ;-)
  • Nakãra a dit :
    Bonjour, alors @TNK oui il est tout à fait possible d'envoyer des messages à des lecteurs en leur suggérant ton manuscrit (il faudra bien penser à donner le titre, car lors de la mise en ligne du texte, je ne sais pas si tu es au courant, mais ton nom n'est pas donné, et c'est un pseudonyme aléatoire qui est attribué). 

    Je ne suis pas vraiment d'accord avec ta perception des commentaires/avis des lecteurs. Si j'ai bien compris, tu aimerais viser les lecteurs en amont, pour avoir de plus grandes chances de cibler un public à qui ton manuscrit est susceptible de plaire, et avoir par conséquence plus de chance de recevoir des commentaires positifs. C'est une bonne approche, pour l'optique de la note aussi haute que possible et la possibilité de publication. Cependant je trouve que les avis négatifs ne sont pas un mal, que ce n'est pas "dommage", et encore moins "pénalisant" d'en recevoir. Entendre que son livre est bien, c'est toujours plaisant. Mais ça ne fait pas avancer les choses. Tandis que de recevoir que notre texte ne plait pas, certes fait mal à l'ego et décourage dans un premier temps, car on se dit que notre travail n'a servi à rien, mais dans un deuxième temps cela permet de prendre du recul sur notre écrit, et de savoir ce qu'il y a à améliorer pour qu'en le soumettant de nouveau à la lecture, on ne reçoive plus ce genre de remarque. je considère les avis négatifs comme les meilleurs et les plus importants (à condition d'être justifiés et respectueux, cela s'entend). Je ne dis pas qu'on ne peut rien retirer d'un avis élogieux, car les personnes peuvent souligner ce qui leur a particulièrement plu, mais il semble difficile de retravailler et améliorer quelque chose qui plait en l'état, ou alors on prend le risque d'en faire trop et finalement baisser la qualité du passage (le mieux est l'ennemi du bien, comme on dit). Tandis qu'un avis négatif nous permettra de travailler l'une de nos faiblesses. Sans dire qu'il faut prendre en compte chaque détail qui est souligné comme n'ayant pas plu, car une personne peut ne pas apprécier ce qu'une majorité va trouver bien, et changer pour contenter cette première personne serait donc une erreur, mais vouloir favoriser la réception d'avis positifs est aussi à mon sens une erreur. C'est se fermer à une partir du lectorat. 

    Un autre paramètre peut être pris en compte aussi, si tu décides de regarder les livres lus par les lecteurs afin de cibler. C'est au niveau des préférences des genres. Je sais que des filtres sont possibles, mais ce n'est pas vraiment de ça dont je veux parler. Il est possible que la sélection "virtuelle" des livres ne correspondent pas totalement aux préférences "papier" des lecteurs, simplement parce que les livres du site du genre qu'ils préfèrent ne les inspirent pas, ou que les contraintes de la lecture sur écran vont les freiner et les rebuter pour choisir un livre de 600 pages, alors qu'en version papier ils n'ont pas de souci avec les livres de 800 pages. 

    Un bien long post qui mérite une réponse détaillée.

    D'abord merci Nakãra pour le temps passé à rédiger cette réponse.

    Pour le pseudo, je sais comment ça marche. Je donnerai donc le titre aux (heureux ?) élus ;-)

    Bien sûr que des avis négatifs - s'ils sont constructifs - peuvent être intéressants. Ce n'est pas une question de flatterie et d'égo, ça rassure toi, je suis déjà passé à travers tout en la matière... c'est une question toute bête d'optimiser mes chances d'être publié, quitte à viser ne viser qu'une frange restreinte du public (encore que si la "Frange restreinte" est le lectorat de Musso ou du Da Vinci code, ça devrait le faire).

    A l'heure où les marchés sont de plus en plus des marchés de niche (ça, c'est mon voisin qui bosse dans le marketing de sa boîte qui n'arrête pas de me le répéter), il faut en prendre conscience et intégrer cet aspect dans sa réflexion.

    Par ailleurs, quoi qu'il arrive, il ne faut jamais perdre de vue que même le meilleur livre de l'univers (pas le mien, rassurez vous, je n'ai pas encore ce melon là!) ne plaira pas à tout le monde.

    Avant de le proposer aux nouvelle plumes, j'ai fait lire mon manu' à quelques amis qui adorent le genre d'univers que je propose : ils ont tous adoré. J'ai fait lire le même manu' à mon ex-enseignante en CM2 (qui a horreur de ce genre d'histoires) : elle a détesté... tout en ajoutant que c'était aussi nul que [liste d'auteurs de bestsellers dans mon genre ici]. Quant aux réserves constructives, j'en ai davantage reçu de ceux... qui aimaient ce genre d'histoires.

    Avoir des avis - fussent-ils négatifs - est donc bien sûr enrichissant pour un auteur. Mandela ne disait-il pas : "Dans la vie je gagne... ou j'apprends !" ? Mais à condition que les avis ne soient pas infondés (genre "C'est bien écrit, mais je n'aime pas"...) ou contradictoires (voir mon exemple plus haut : un même manu' qui se prend comme commentaire "pas assez d'action" et "trop d'action"... ça va être difficile de le corriger tout en satisfaisant les deux commentateurs, d'où la nécessité, en pareil cas, de choisir l'un des camps...).

    Merci en tout cas pour ton retour riche et intéressant.


  • DanièleDanièle Messages 76
    juin 2018 modifié Vote Up0Vote Down
     Je donne mon avis de lectrice. Il est important d’avoir un titre accrocheur, c’est ce qui me fait lire le résumé. Et c’est le résumé qui va décider si je télécharge le livre ou pas. Je pense qu’il est plus important de se concentrer sur ces points là, plutôt que de demander à des lecteurs potentiels de lire le livre. Car, je ne vais lire les résumés que des bouquins qui se trouvent dans la catégorie qui me plait. 

    Une fois, un auteur m’a contacté et je n’ai pas aimé son résumé. Je n’ai donc pas téléchargé  son manuscrit.D’ailleurs, je l’avais déjà vu sur le site et si je ne l’ai pas téléchargé c’est parce qu’i ne m’attirait pas.

    Petite info, les livres édités par Nouvelles Plumes ne sont pas vendus seulement en France mais aussi en Suisse à travers France-Loisirs Suisse.  Et en Belgique à travers Belgique loisirs. Ça fait un assez gros lectorat potentiel. Même si le marché suisse est minuscule (2mio de Romands)
  • Je pense, que tu surévalues l’importance des coups de cœur.
      Regarde ce manuscrit, il a une majorité de coup de cœur et n’a pas été édité. 

    https://www.nouvellesplumes.com/livre/7461/hortense-gosselin/la-maison-dansante-mis-en-ligne-le-05-02

    E celui-ci n’en a que 5 sur 11 et quelques notes pas terribles et il a été édité. 

    https://www.nouvellesplumes.com/livre/7255/ferraris-robert/au-nom-de-la-b-te
  • Enitram a dit :

    Et bien je ne suis pas spécialement "gentille" mais l'expérience (message insultant) m'a appris à ne plus donner mon avis de façon aussi sincère qu'au début.

    Je suis désolée que ça te soit arrivé, et surtout que ça ait eu cette conséquence. Je pense qu'au contraire il faut rester le plus sincère possible, en argumentant, et que tu es juste tombée sur un auteur un peu blessé dans son amour-propre, et qui s'attendait à un retour bien plus positif. Mais encore faut-il être "préparée" à recevoir la méchanceté de certains (avec une bonne carapace concernant l'impact de leurs propos sur notre personne, et du répondant respectueux pour les remettre à leur place). De toute manière, ceux qui se permettent d'être les plus virulents sur internet, c'est bien connu, sont ceux qui vont le plus s'écraser en face à face. La magie d'internet et des écrans interposés... 

    De rien @TNK , j'aime bien faire de longs posts pour exposer mon avis de manière suffisamment détaillée (et le soir, quel moment merveilleux où rien ni personne ne peut me déranger, j'ai tout le loisir d'écrire ^^ ). 

    Je comprends ta démarche, et de toute manière il ne faut pas se faire d'illusions : ce n'est pas le monde des bisounours, la 1ère publication est soit un coup de chance pour l'auteur (son texte est assez original pour qu'un éditeur tente un coup de poker dessus), soit par piston. Et je ne parle pas des publications suivantes... Le véritable défi est d'entrer dans le milieu. 

    Plus que le meilleur livre, je dirais même qu'aucun livre ne plaira jamais à tout le monde. Les têtes de vente sont ce qui plait à la majorité, ou plutôt ce qui est susceptible de plaire au plus grand nombre. Autant dire qu'on tombe bien vite dans la banalité. Pour ma part,je n'ai jamais été très "contemporain", même si ces derniers temps je m'essaie un peu plus à ce genre, selon l'inspiration que je ressens face aux livres. Mais j'avais eu un cadeau un Marc Levy (auteur qui est en vogue depuis un paquet d'années) et... je n'ai absolument pas aimé. Outre le fait que l'intrigue principale était centrée sur de la romance (qui n'est pas franchement mon style), j'ai trouvé l'histoire mal construite, avec des longueurs, et surtout de l'absurde ("mmh... comment résoudre cette situation ? Oh oui ! Mais bien sûr ! Mettons de la magie, on va briser toutes les règles mais c'est justifié car magique !"). Enfin si je m'ouvre un peu en lecture ce n'est pas majoritairement par curiosité, mais lassitude de mon genre favori (fantasy), dans lequel je trouve une véritable baisse du niveau ces dernières années, et une copie du même modèle et mêmes personnages d'un livre à l'autre. Alors que la fantasy est pourtant un genre si riche, aux univers et histoires presque infinies, plus libre que le policer (à mon sens). 

    (Je me laisse souvent porter par ce que j'écris, alors je dois souvent remonter pour relire le message auquel je réponds pour ne pas trop me perdre, je le remarque à mon énième scrolling vers le haut.)

    Le problème de l'entourage, ce sont surtout les a priori. Les amis aimant ce genre spécifique auront plutôt tendance à apprécier, alors que ceux qui ne supportent pas la science-fiction vont donner un mauvais avis. ... Et je me rends compte que je pourrais dire "le feu ça brûle et l'eau ça mouille", que ça aurait tout autant de pertinence. Ce que je veux dire, c'est que je pense que les meilleurs lecteurs-évaluateurs sont ceux qui apprécient le genre sans nécessairement l'adorer, ils auront plus de chance d'être impartiaux et mieux refléter le "lecteur moyen". Certes, des avis d'experts du milieux sont tout aussi importants, car eux pourront aussi dire si notre récit apporter une petite touche de nouveauté ou n'est qu'un copié-collé de tel auteur ou tel schéma d'histoire. De toute évidence ton ex-enseignante c'est juste contenter de l'étique du genre, pour rejeter ton histoire. Comme un enfant qui n'aimerait pas les légumes, on lui présente un plat, avec un légume qu'il n'a jamais goûté, et à sa question de ce que c'est on lui répond "X, un légume", de manière automatique, même en goûtant il dira "je n'aime pas", tandis qu'en donnant le nom sans préciser la catégorie d'aliment il y a bien plus de chance qu'il soit objectif et avoue apprécier. Un exemple un peu simpliste, qui peut moins facilement s'appliquer aux livres, puisqu'on peut plus rapidement et avec plus de certitude dire "c'est de la sf/du policier/de la fantasy". Mais en présentant le récit sans étiquette de genre, même si l'avis final est négatif, la personne sera peut-être plus modérée dans ses propos, soulignant du positif dans l'écriture,les personnages ou même l'histoire. C'était plutôt celle-là mon idée de départ de ce paragraphe. 

    Pour les avis contradictoires, il faut choisir en fonction de la majorité, ou alors de ce que nous on pense. Les 2 méthodes de décision se valent. On peut aussi décider de ne rien changer. Et de toute manière, pour les remarques il ne faut pas non plus faire une confiance aveugle au lecteur, plutôt essayer de se mettre à sa place, et pourquoi il fait cette suggestion. A nous de voir après si elle nous parait justifiée, ou si on préfère vraiment notre texte tel quel sur ce point précis. 

    C'est toujours un plaisir d'échanger, et débattre, surtout avec des personnes qui n'ont pas les exacts mêmes points de vue et considérations sur certains sujets. 
  • NakãraNakãra Messages 237
    juin 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    Au fait, concernant les coups de cœur/notes et le poids de nos avis sur la publication d'un manuscrit, il me semblait avoir lu que si la moyenne générale de toutes les fiches était inférieure à une certaine note, le texte était automatiquement écarté de la discussion d'une publication par le comité de lecture. Info à vérifier, je vais essayer de retrouver ça et éditer ce message. 

    Edit : 
    J'ai trouvé, c'était dans la FAQ, je copie-colle ici, que chacun puisse lire si l'envie est présente (bon ce n'est pas tout à fait ce que j'ai écrit juste au-dessus, mais je n'étais pas si loin) : 

    "SELON QUELS CRITÈRES MON MANUSCRIT POURRAIT-IL ÊTRE RETENU ET QUEL TYPE DE CONTRAT ME VERRAI-JE PROPOSÉ ?

    Pour être retenu, votre manuscrit doit faire l’objet d’un plébiscite unanime, avec une moyenne d’environ 8/10, au moins 50% de coups de cœur et aucune note sous la moyenne. (sauf exceptions). Néanmoins, avoir atteint ces objectifs ne signifie pas encore que votre manuscrit sera édité, car les sorties en librairie restent malgré tout limitées (autour de 15-20 titres/an, pour pouvoir accompagner le lancement des auteurs dans de bonnes conditions.) En cas de sélection de votre manuscrit, un contrat traditionnel à compte d’éditeur vous sera proposé (aucun frais demandé à aucun moment et une rémunération en droits d'auteur), et le roman sera diffusé-distribué par INTERFORUM."

  • Danièle a dit :
     Je donne mon avis de lectrice. Il est important d’avoir un titre accrocheur, c’est ce qui me fait lire le résumé. Et c’est le résumé qui va décider si je télécharge le livre ou pas. Je pense qu’il est plus important de se concentrer sur ces points là, plutôt que de demander à des lecteurs potentiels de lire le livre. Car, je ne vais lire les résumés que des bouquins qui se trouvent dans la catégorie qui me plait. 

    Une fois, un auteur m’a contacté et je n’ai pas aimé son résumé. Je n’ai donc pas téléchargé  son manuscrit.D’ailleurs, je l’avais déjà vu sur le site et si je ne l’ai pas téléchargé c’est parce qu’i ne m’attirait pas.

    Petite info, les livres édités par Nouvelles Plumes ne sont pas vendus seulement en France mais aussi en Suisse à travers France-Loisirs Suisse.  Et en Belgique à travers Belgique loisirs. Ça fait un assez gros lectorat potentiel. Même si le marché suisse est minuscule (2mio de Romands)
    Tout cela est bien sûr du bon sens.

    Avec néanmoins une réserve sur le résumé qui, je le rappelle, doit être rédigé en moins de 700 caractères sur les NP. La majorité des 4eme de couv' de livres ont entre 1000 et 1500 caractères. Dans l'absolu tu as donc raison, mais avec la limite des 700 caractères, ça fait chaud !

    En tout cas en ce qui me concerne, réduire mon résumé à 700 caractères - tout en le laissant le plus appétissant possible - a été réalisé à la sueur de mon front...

    Enfin concernant les 2mio de Romands, je me rappellerai toujours ce que me disait un ancien employeur, en Suisse justement : Vu d'ici, la carte du monde est bien simple à lire. Il y a la Suisse... et le tiers monde. Bref, les Romands ne sont peut-être que 2 millions, mais ils ont le pouvoir... d'achat.

    Bref, si tous ces Romands m'achètent mon roman, promis, j'érige une statue en l'honneur de Guillaume Tell dans le jardin ! (Guillaume Tell = le père fondateur légendaire de la Suisse).
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.