Romans se déroulant à l'époque contemporaine : pandémie ou non ?

Hello les amis,

Une question me taraude et me bloque - pour l'instant - dans mes prochains écrits.

Depuis plus d'un an, nos vies à toutes et tous ont été chamboulées par la pandémie de covid 19... et bien malin qui saura me dire combien de temps cela durera encore, et combien de temps les vies de nous tous seront ainsi altérées... ni même si ce cauchemar prendra fin un jour.

Mais la question que je vous pose n'est pas d'ordre scientifique, elle est bien d'ordre littéraire : le fait est que, sauf si vous écrivez de la SF, de la Fantasy ou des romans historiques, il y a une forte probabilité que l'action de votre roman se déroule "actuellement". Romans contemporains, polars, Thrillers, Romances... tous ces romans se déroulent - sauf exception - à l'époque de leur rédaction et de leur parution. Soit... aujourd'hui. En pleine pandémie donc, sous le régime de restrictions actuel.

Or nos vies en 2020-2021 (voire plus si affinités ?) ne sont pas la vie "normale" que nous avions l'habitude de connaître... qu'en est-il de la vie de vos personnages ?

Vos personnages respectent-ils les gestes barrières ?
Vos policiers enquêtent-ils avec des masques ?
Vos amoureux vont-ils au resto avec leur pass sanitaire ?
Vos serial-killers font-ils la bise ?

Bref, tenez-vous compte du contexte très particulier que nous vivons - et vivrons peut-être encore un certain temps... - et l'intégrez-vous dans vos romans (même si leur sujet ne traite en rien de la covid) ?

Nota : le but ici n'est pas de se positionner pour ou contre telle ou telle mesure / restriction qui nous sont imposées dans la vie réelle. Hors de question de démarrer un débat pro/anti quoi que ce soit, mais juste de savoir si vous tenez compte de la spécificité de l'époque dans vos romans, et si vous intégrez notre réalité désormais quotidienne à vos écrits.

Réponses

  • 12 Réponses sorted by Votes Date Added
  • Je ne sais pas si mon avis compte vraiment étant donné que mon registre ne se place pas dans le réalisme. Mais je pense tout de même que si je devais écrire un livre basé sur notre société actuelle j'éluderais un peu la covid malgré tout. Quand je lis un livre,  c'est pour m'évader de mon quotidien. Alors si c'est pour le retrouver dans les bouquins... Pour une bonne imersion, peut-être l'évoquer, mais ellipser malgré tout les détails qui font nos "joies" journalières. Sauf si l'on veut écrire un journal de confinement (brrr j'en frissonne d'angoisse). Ou alors un journal de confinement tournant au fantastique... À creuser. :D
  • Coucou !
    Personnellement, j'ai choisis de contourner le problème, comme tu l'as sûrement vu dans mon Hugo... Je fais se dérouler mes récits juste avant la pandémie, autour de 2018. Surtout que je ne suis pas sûre que j'aimerais lire un texte qui reflèterait le contexte actuel, comme E.C. Monti. 
  • TNKTNK Messages 1,270
    E.C. Monti a dit :
    Je ne sais pas si mon avis compte vraiment étant donné que mon registre ne se place pas dans le réalisme. Mais je pense tout de même que si je devais écrire un livre basé sur notre société actuelle j'éluderais un peu la covid malgré tout. Quand je lis un livre,  c'est pour m'évader de mon quotidien. Alors si c'est pour le retrouver dans les bouquins... Pour une bonne imersion, peut-être l'évoquer, mais ellipser malgré tout les détails qui font nos "joies" journalières. Sauf si l'on veut écrire un journal de confinement (brrr j'en frissonne d'angoisse). Ou alors un journal de confinement tournant au fantastique... À creuser. :D

    Je comprends... mais sauf à écrire de l'historique, de la fantasy ou de la SF, les romans pour "s'évader du quotidien" ont pour cadre le monde dans lequel les lecteurs vivent. Or selon l'évolution de la pandémie, un avenir à proche, moyen ou long terme aura une tête très différente.

    Or le livre que tu écris maintenant sortira au mieux dans un an.

    En général, tu pouvais prévoir dans quel monde la société allait vivre dans un an. Aujourd'hui, c'est beaucoup plus compliqué...
    Leyne Alice a dit :
    Coucou !
    Personnellement, j'ai choisis de contourner le problème, comme tu l'as sûrement vu dans mon Hugo... Je fais se dérouler mes récits juste avant la pandémie, autour de 2018. Surtout que je ne suis pas sûre que j'aimerais lire un texte qui reflèterait le contexte actuel, comme E.C. Monti. 

    ...et voilà pourquoi j'ai précisé que l'action de mon roman que tu as évalué se passait "en 2019" et le dernier chapitre "quelques années plus tard", quelques étant une notion floue, alors que la version initiale du roman ne donnait pas de date pour les 52 premiers chapitres, et mentionnait "deux ans plus tard" pour les deux derniers chapitres. Le contexte Covid a d'ailleurs repoussé d'un an la mise en éval de ce roman, écrit avant la pandémie.

    Le problème n'est pas de refléter le contexte actuel, mais davantage le contexte dans lequel nous vivrons le restant de nos vies. Si ça se trouve, tous les romans qui se déroulent encore dans le "monde normal" sont -déjà- de la SF...
  • Je t'ai répondu plus concrètement sur le forum FB. Je comprends ta préoccupation pour l'immersion dans le réalisme. L'appropriation du cadre et de l'ambiance est importante dans une lecture. Cependant, à moins de tourner le récit autour de la covid, il me semble possible de la contourner, ou en tout cas de l'intégrer subtilement au récit sans alourdir le propos de base. Ou encore d'imaginer un future sans elle. Les lecteurs, pour la plupart, sont des personnes ayant connu la vie sans covid après tout. Cela étant dit, je ne connais pas ton projet, alors tu es vraiment le seul à pouvoir juger du degré de réalisme que tu veux mettre dans ton récit. Je te donne mon avis à l'aveuglette selon mes critères personnels et, comme tu l'as souligné, étant tournée vers la fantaisie/fantastique, mes opinions ne sont pas forcément en adéquation avec ton idée. Bon courage en tous cas.
  • TNKTNK Messages 1,270
    E.C. Monti a dit :
    Je t'ai répondu plus concrètement sur le forum FB. Je comprends ta préoccupation pour l'immersion dans le réalisme. L'appropriation du cadre et de l'ambiance est importante dans une lecture. Cependant, à moins de tourner le récit autour de la covid, il me semble possible de la contourner, ou en tout cas de l'intégrer subtilement au récit sans alourdir le propos de base. Ou encore d'imaginer un future sans elle. Les lecteurs, pour la plupart, sont des personnes ayant connu la vie sans covid après tout. Cela étant dit, je ne connais pas ton projet, alors tu es vraiment le seul à pouvoir juger du degré de réalisme que tu veux mettre dans ton récit. Je te donne mon avis à l'aveuglette selon mes critères personnels et, comme tu l'as souligné, étant tournée vers la fantaisie/fantastique, mes opinions ne sont pas forcément en adéquation avec ton idée. Bon courage en tous cas.

    Mais ça, ce n'est possible que si les éléments que ton roman relatent peuvent se passer dans le passé. Si ton roman comporte quoi que ce soit qui, en temps normal, aurait fait la une des médias, tu ne peux plus utiliser ce truc.

    Exemple : imagine que dans ton roman la Tour Eiffel s'effondre. Cet événement se passerait fatalement dans le futur, fut-il proche...
  • Mais si l'effondrement de la tour eiffel peut se passer dans le passé ! Quand bien même ça ferait la une des médias... Je reprend ton exemple : Si tu fais s'effondrer la tour eiffel en 2024,dans 3 ans, ce sera du passé, et la tour eiffel ne se sera pas effondrée (théoriquement). Si tu la fait s'effondrer en 2019,c'est déjà du passé,et la tour eiffel ne s'est pas plus effondrée... Qu'est ce que ça change ? Elle peut très bien s'être effondrée il y a deux ans, puisque dans tous les cas (sauf si tu es effectivement un extra terrestre capable de transformer la terre en croquette pour chat intergalactique
  • Perso, si ça peut t'aider, je me lance dans un roman, et la covid sera présente, parce qu'elle est un rebondissement de l'histoire 
  • Philippe BarthPhilippe Barth Messages 53
    7 août modifié Vote Up0Vote Down
    Alors imaginons d'adapter un passage d' un roman "covid" :

    "Malgré l'orage, Germaine et Gertrude attendaient bien sagement devant le centre commercial. Lorsqu'enfin leur tour arriva et qu'elles purent présenter leur pass sanitaire, elles étaient trempées. Parvenu dans le hall quasiment désert,  Germaine appuya du pied sur la pompette sous l'œil attentif du gardien et une généreuse dose de gel hydroalcoolique tomba entre ses mains.

    -- Bordel, s'écria t'elle furieuse, encore du gel liquide... Ca coule sur le carrelage et çà met un temps dingue à sécher.  En plus, celui là empeste le formol, c'est une infection ! Vraiment, ces pignoufs pourraient faire un effort... Ca leur couterait quoi d'y mettre un peu d'arôme vanille ou patchoulis ?

    -- Bah, l'odeur je m'en fous, concéda Gertrude, de toute façon depuis la 23 eme vague et le variant zimbabwéen, je n'ai plus d'odorat... Et puis, trop liquide, c'est toujours mieux que trop collant. Ce matin, à la boulangerie, j'ai eu l'impression de me désinfecter avec du miel.

    La comparaison était certes exagérée, mais en imaginant la scène, elle ne put s'empêcher de glousser derrière son masque.
     
    Tient pensa-t-elle, du miel dans les bonbonnes de gel... Voilà qui serait rigolo à voir.

    A ses yeux rieurs, son amie comprit qu'elle souriait. Malgré les bandes d'espacements sur le sol, elle risqua un rapprochement et, du coude, osa établir le contact :
     
    -- Je pourrais savoir ce qui te fait marrer, espèce de pangolin à lunette?

    Gertrude se retint in-extremis de poser sa main sur l'épaule de sa copine et se contenta de lui annoncer, fière comme un bar-tabac* :

    -- Germaine... Je crois bien qu'on tient notre prochaine caméra cachée."

    Extrait de " 2021, une année de merde"
    * bar tabac / Artaban... humour humour :) 

    Plus sérieusement, j'ai pas encore d'avis définitif.  Sauf si la pandémie fait partie du roman, j'aurais tendance à ne pas la traiter, quitte si c'est possible à décaler d'un an ou deux dans le futur. De toute façon, que tu choisisses l'un ou l'autre, il y aura toujours des pours et des contres...

    En tout cas, cette saloperie de covid nous aura fait ch....  jusque dans nos manuscrits.... 
  • Bonsoir à tous !
    En tout cas moi j'adore Germaine et Gertrude !! ;) =)
    Preuve qu'on peut encore rire malgré toute cette noirceur qui nous entoure !! Merci Philippe Barth !!
    Laissons nos plumes et notre imaginaire lutter contre toute cette morosité !
    Que nos histoires réelles ou imaginaires nous transportent et nous emportent vers un monde meilleur ! :3
    Ne t'inquiète pas TNK tu trouveras un moyen pour laisser parler ton imagination ;)

    Bon courage à tous !
  • TNKTNK Messages 1,270
    Leyne Alice a dit :
    Perso, si ça peut t'aider, je me lance dans un roman, et la covid sera présente, parce qu'elle est un rebondissement de l'histoire 

    S'il fait partie de l'histoire, là l'affaire est réglée. Mais tous les romans ne laissent pas de place à la covid...
    Alors imaginons d'adapter un passage d' un roman "covid" :

    (...) En tout cas, cette saloperie de covid nous aura fait ch....  jusque dans nos manuscrits.... 
    Oui !
    Ah j'adore ton histoire :)

    Pour le décalage dans le temps, je l'ai fait sur mon dernier manuscrit, en plaçant le gros de l'action en 2019 et la fin "quelques années plus tard", quelques étant flou. Mais les dernières données du monde réel rendent "quelques" encore plus flou que dans mon roman.

    AariciaLouve a dit :
    Bonsoir à tous !
    En tout cas moi j'adore Germaine et Gertrude !! ;) =)
    Preuve qu'on peut encore rire malgré toute cette noirceur qui nous entoure !! Merci Philippe Barth !!
    Laissons nos plumes et notre imaginaire lutter contre toute cette morosité !
    Que nos histoires réelles ou imaginaires nous transportent et nous emportent vers un monde meilleur ! :3
    Ne t'inquiète pas TNK tu trouveras un moyen pour laisser parler ton imagination ;)

    Bon courage à tous !

    Bien sûr qu'on peut en rire... à condition de traiter le sujet. La question portait davantage sur les histoires où la covid serait un élément perturbant ces dernières car rendant certaines actions autrefois banales à présent irréalistes.

    Pour faire simple : Si tu parles du monde réel, tu n'es fatalement pas dans un monde meilleur...

  • @Philippe Barth, tu as refait ma soirée avec ta brève histoire, j’ai adoré ! Cela reflète tellement le contexte actuel, s’en est déroutant et si drôle. Par contre, à vivre, un poil moins.. mais on s’y fait ! 

    Sinon @TNK, je rédige pour l’instant à l’époque pré-Covid, cela me semble plus léger à lire pour les lecteurs, et surtout plus léger et échappatoire pour moi... ;) 
  • Alors imaginons d'adapter un passage d' un roman "covid" :

    "Malgré l'orage, Germaine et Gertrude attendaient bien sagement devant le centre commercial. Lorsqu'enfin leur tour arriva et qu'elles purent présenter leur pass sanitaire, elles étaient trempées. Parvenu dans le hall quasiment désert,  Germaine appuya du pied sur la pompette sous l'œil attentif du gardien et une généreuse dose de gel hydroalcoolique tomba entre ses mains.

    -- Bordel, s'écria t'elle furieuse, encore du gel liquide... Ca coule sur le carrelage et çà met un temps dingue à sécher.  En plus, celui là empeste le formol, c'est une infection ! Vraiment, ces pignoufs pourraient faire un effort... Ca leur couterait quoi d'y mettre un peu d'arôme vanille ou patchoulis ?

    -- Bah, l'odeur je m'en fous, concéda Gertrude, de toute façon depuis la 23 eme vague et le variant zimbabwéen, je n'ai plus d'odorat... Et puis, trop liquide, c'est toujours mieux que trop collant. Ce matin, à la boulangerie, j'ai eu l'impression de me désinfecter avec du miel.

    La comparaison était certes exagérée, mais en imaginant la scène, elle ne put s'empêcher de glousser derrière son masque.
     
    Tient pensa-t-elle, du miel dans les bonbonnes de gel... Voilà qui serait rigolo à voir.

    A ses yeux rieurs, son amie comprit qu'elle souriait. Malgré les bandes d'espacements sur le sol, elle risqua un rapprochement et, du coude, osa établir le contact :
     
    -- Je pourrais savoir ce qui te fait marrer, espèce de pangolin à lunette?

    Gertrude se retint in-extremis de poser sa main sur l'épaule de sa copine et se contenta de lui annoncer, fière comme un bar-tabac* :

    -- Germaine... Je crois bien qu'on tient notre prochaine caméra cachée."

    Extrait de " 2021, une année de merde"
    * bar tabac / Artaban... humour humour :) 

    Plus sérieusement, j'ai pas encore d'avis définitif.  Sauf si la pandémie fait partie du roman, j'aurais tendance à ne pas la traiter, quitte si c'est possible à décaler d'un an ou deux dans le futur. De toute façon, que tu choisisses l'un ou l'autre, il y aura toujours des pours et des contres...

    En tout cas, cette saloperie de covid nous aura fait ch....  jusque dans nos manuscrits.... 
    Excellent XD 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.