Livre papier ou écran ?

TNK avait soulevé l'idée de la création d'un topic à ce propos, j'aurai été plus rapide que lui à le faire :p

Et donc : êtes-vous plutôt papier ou écran ? Pourquoi ? Quel est l'élément qui vous empêche de passer de l'un à l'autre ? Quelles concessions ont été faites ?



(Je ne fais que lancer le sujet, je donnerai mon avis après. Je préfère la forme où le 1er message n'est que de la présentation :3)

Réponses

  • 20 Réponses sorted by Votes Date Added
  • TNKTNK Messages 655
    juillet 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    Nakãra a dit :
    TNK avait soulevé l'idée de la création d'un topic à ce propos, j'aurai été plus rapide que lui à le faire :p

    Et donc : êtes-vous plutôt papier ou écran ? Pourquoi ? Quel est l'élément qui vous empêche de passer de l'un à l'autre ? Quelles concessions ont été faites ?



    (Je ne fais que lancer le sujet, je donnerai mon avis après. Je préfère la forme où le 1er message n'est que de la présentation :3)
    Avec une liseuse je serais peut-être sur écran... mais n'ayant pas cet équipement, j'en suis encore au papier. Pourquoi ? Parce que je ne vais pas trainer mon PC fixe sous le cerisier pour lire dehors quand même !

    En fait, l'idée de créer un topic m'est venue d'amis qui aimeraient bien s'inscrire comme lecteurs sur les NP, d'une part pour noter mon manu' ;), mais aussi pour vraiment jouer le jeu des NP et en noter d'autres... ce qu'ils seraient prêts à faire si les manus' étaient imprimés sur papier, mais pas si la lecture sur écran leur est imposée (cette remarque vaut même pour mon manu :( ).

    Je leur ai dit que les NP ne peuvent se permettre le luxe d'endosser les coûts d'impression et d'envois postaux de manuscrits à tous leurs lecteurs (je suppose qu' @Admin Karine pourra nous le confirmer). Mes amis potentiels lecteurs NP ont compris cela, bien sûr, mais ont tout de suite proposé une alternative : que les NP proposent aux titulaires de comptes lecteurs soit de télécharger gratuitement les manuscrits sous forme électronique (comme cela se fait à l'heure actuelle), soit de les imprimer + les envoyer par la poste moyennant un paiement à l'acte de la part des lecteurs, paiement couvrant l'intégralité des frais engendrés par ce processus.

    L'idée serait que les NP s'associent à un imprimeur pouvant réaliser des impressions "à la demande" et envoie (ou fasse envoyer par l'imprimeur) les manuscrits papier aux lecteurs en ayant fait la demande... et qui auraient payé pour obtenir le manuscrit sous cette forme.

    Financièrement, cela ne coûterait rien aux NP (tous les coûts additionnels étant, dans ce cas, supporté par les lecteurs désireux d'avoir un manuscrit papier entre leurs mains). La seule difficulté viendrait de la mise en place de ce système, qui peut très bien être automatisé... mais encore faut-il effectuer ce travail d'automatisation.

    Voilà l'idée en gros...
  • Nakãra

    Sans hésitation PAPIER pour les livres que j'aime, que je souhaite conserver et relire. En vrac les raisons qui me viennent en tête : par habitude, parce que j'aime les jolies couvertures, parce que c'est plus pratique à tenir en main, parce qu'il ne faut pas de batterie ;)

    TNK

    Pour les manuscrits de Nouvelles Plumes je pense que ce serait un gaspillage de papier : nombreux sont les manuscrits que je ne termine pas parce qu'ils ne tiennent pas les promesses du résumé ou du premier chapitre. Il faut tenir compte aussi du délai supplémentaire nécessaire à l'impression et à la distribution ce qui amènerait peut-être à rendre une évaluation en retard. Et que fait-on du manuscrit après lecture si on ne souhaite pas le conserver puisqu'on ne peut pas le diffuser ?

    Ensuite il y aurait sans doute un problème de format d'impression, les auteurs ont-ils l'obligation d'envoyer leur PDF en A4 ? J'ai eu assez souvent à imprimer des catalogues, tarifs, rapports, etc., pour savoir que la majorité des gens ont une idée assez vague du temps que peut prendre la mise en forme d'un document pour l'impression, pourvu que ça passe sur leur écran ils ne voient pas plus loin.

     

    Donc lecture sur PC pour NP, et pour les romans gratuits que je télécharge.


  • Enitram a dit :

    Nakãra

    Sans hésitation PAPIER pour les livres que j'aime, que je souhaite conserver et relire. En vrac les raisons qui me viennent en tête : par habitude, parce que j'aime les jolies couvertures, parce que c'est plus pratique à tenir en main, parce qu'il ne faut pas de batterie ;)

    TNK

    Pour les manuscrits de Nouvelles Plumes je pense que ce serait un gaspillage de papier : nombreux sont les manuscrits que je ne termine pas parce qu'ils ne tiennent pas les promesses du résumé ou du premier chapitre. Il faut tenir compte aussi du délai supplémentaire nécessaire à l'impression et à la distribution ce qui amènerait peut-être à rendre une évaluation en retard. Et que fait-on du manuscrit après lecture si on ne souhaite pas le conserver puisqu'on ne peut pas le diffuser ?

    Ensuite il y aurait sans doute un problème de format d'impression, les auteurs ont-ils l'obligation d'envoyer leur PDF en A4 ? J'ai eu assez souvent à imprimer des catalogues, tarifs, rapports, etc., pour savoir que la majorité des gens ont une idée assez vague du temps que peut prendre la mise en forme d'un document pour l'impression, pourvu que ça passe sur leur écran ils ne voient pas plus loin.

     

    Donc lecture sur PC pour NP, et pour les romans gratuits que je télécharge.


    Une chose qui me fait peur avec l'e-book est que le monde de l'écrit subisse ce que le monde de la musique a subi avec la crise du disque. La musique s'en est tirée en misant tout sur les concerts... qui n'ont pas d'équivalent à l'écrit. Quant aux éditeurs qui misent sur les DRM pour éviter les problèmes qu'a connu le monde du disque, je leur prédis la même efficacité qu'à leur collègues de la musique, à savoir aucune.

    Quant à la question du gaspillage de papier... oui, certes, c'est un risque, mais quel serait-il vis à vis des tonnes de mails imprimés / jour... moins qu'une goutte d'eau dans l'océan. Enfin oui, je crois que nous avons l'obligation d'envoyer nos manuscrits en A4. De toute façon, tous les éditeurs le demandent en général, alors à moins d'être totalement cons, on les a déjà préparés ainsi.
  • Alors TNK je suis d'accord avec Enitram.pour ce qui est d'imprimer : ce serait un gâchis de papier. Certes pas aussi conséquent que tous les mails quotidiens, mais inutile tout de même, alors s'il est possible d'économiser un peu de papier et préserver notre planète, autant le faire. De toute manière les manuscrits téléchargés par les lecteurs le sont sous forme pdf...

    Pour le sujet sinon moi je suis papier : le toucher, l'odeur, le côté pratique (même si j'emmène rarement mes livres dans mon sac pour ne pas les abîmer). Sur écran je finis même assez vite par avoir mal à la tête. Et je n'ai pas envie d'investir dans une liseuse ou des lunettes spéciales écran (oui oui ça existe). Mais pour le coup pouvoir lire sur téléphone dans les transports est assez pratique pour optimiser son temps.
  • TNKTNK Messages 655
    juillet 2018 modifié Vote Up0Vote Down
    Nakãra a dit :
    Alors TNK je suis d'accord avec Enitram.pour ce qui est d'imprimer : ce serait un gâchis de papier. Certes pas aussi conséquent que tous les mails quotidiens, mais inutile tout de même, alors s'il est possible d'économiser un peu de papier et préserver notre planète, autant le faire. De toute manière les manuscrits téléchargés par les lecteurs le sont sous forme pdf...

    Pour le sujet sinon moi je suis papier : le toucher, l'odeur, le côté pratique (même si j'emmène rarement mes livres dans mon sac pour ne pas les abîmer). Sur écran je finis même assez vite par avoir mal à la tête. Et je n'ai pas envie d'investir dans une liseuse ou des lunettes spéciales écran (oui oui ça existe). Mais pour le coup pouvoir lire sur téléphone dans les transports est assez pratique pour optimiser son temps.
    Moi je ne crois pas que beaucoup de papier serait gâché à partir du moment où ce seraient les lecteurs qui paieraient pour avoir le manu' sous ce format : à 15-20 euros / manu, tu réfléchis avant de cliquer...

    Le toucher et l'odeur, je peux comprendre, c'est l'habitude. Le coté pratique... là, le livre électronique gagne largement : tout tient sur une clé USB, alors que dans mon monde encore fait de papier, mon bureau ressemble un peu au fond d'écran de cette page...

    L'écran ne me donne personnellement pas mal de tête, mais je dois être une exception (en général, mal de tête à la lecture --> tu as besoin de lunettes... c'est ainsi que la fille qui m'a inspiré l'héroïne de "La fille de demain" s'est rendu compte qu'elle avait besoin de binocler ses mirettes, même si à l'époque du lycée, elle sortait toujours cette phrase mémorable "Ce n'est pas moi qui vois mal, c'est le prof qui écrit flou..."... d'ailleurs pourquoi tu crois qu'elle sort si souvent ses petites lunettes dans le roman ? ;) )

    Quant aux liseuses... en fait, la seule fois que j'en ai vue une en action, c'était en attendant un avion à l'aéroport de Berlin-Schönefeld. J'aurais bien lu ce que le mec lisait avec, mais pas de bol, le type était russe et son bouquin était écrit dans sa langue... donc dasvidania mes chances de lire par dessus son épaule...

    Aucun(e) de mes ami(e)s (*) n'en a une (et pourtant, ce ne sont pas tous des économiquement faibles : ils pourraient s'en acheter une), et personne ne compte en faire l'acquisition...

    En fait, en France, le livre électronique ne prend pas (part de marché : 7,6% en 2017), alors qu'aux USA, il est à plus de 50%. Ringardise des français ? Non ! La raison à cela tient à notre important maillage de librairies et autres bibliothèques, qui fait défaut là-bas. Je crois me souvenir avoir entendu dans un reportage qu'il y avait plus de librairies et de bibliothèques dans le département de la Creuse (qui n'est pourtant pas super bien doté en la matière) que dans l'état du Minnesota, grand comme une bonne moitié de la France... Bref, si le livre électronique ne décolle pas, c'est parce que chez nous les frenchies, y a encore moyen de trouver des bouquins, alors que les ricains qui veulent lire, ils n'ont pas trop le choix...

    (*) En fait, deux connaissances sont friandes de livres électroniques... mais pas pour le média en lui même, uniquement parce que ces deux filles sont... non voyantes. L'une de naissance (et pour elle, depuis le livre électronique, tout est disponible pour son système braille), l'autre suite à un accident survenu à l'age de 22 ans (et elle, qui n'a jamais réussi à s'y faire au braille, préfère les audiobooks).

    Voilà d'ailleurs pourquoi je serais bien embêté si les NP ne me proposaient qu'un contrat numérique... je n'ai toujours pas pigé l'intérêt de passer par un éditeur pour ne sortir son livre qu'en digital... ça tout le monde peut le faire avec KDP (et là, ils peuvent même imprimer des brochés à la demande...) ! OK, il y a peut-être le coté travail éditorial avec l'auteur qui peut être intéressant, certes... mais pourquoi un éditeur se donnerait-il tant de mal pour ne toucher au final qu'un marché de... 7,6% du public total ?

    Sans oublier que le livre électronique seul, s'il n'est pas doublé de son équivalent papier, te ferme la porte de tout ce qui est dédicaces, salons... qui servent si souvent de rampe de lancement pour de jeunes auteurs.

    Autre problème : comment prêter un livre électronique ? De nombreux lecteurs sont tombés sous le charme de l'univers d'un auteur suite à une lecture conseillée par un(e) ami(e), qui leur ont prêté leurs livres une fois ceux-ci lus...

  • Oh tous ne réfléchiraient pas. Et ce ne sont "que" 15/20€. Même si 10 personnes cliquent, ce sera quand même tout ça de papier gâché (bon c'est un peu paradoxal que je dise ça en disant en même temps que je préfère les livres version papier que écran). 

    Un livre papier est + pratique dans un sac qu'un ordi et une usb ;)

    Tout est une question de culture je pense : les Etats-Unis sont un pays récent comparé à la France (et les autres grandes puissances traditionnelles européennes) donc depuis toujours on a eu des manuscrits etc en France, on est imprégnés de ces siècles de recopiage. Alors que là-bas tout est moderne donc bon... L'autre jour encore en zappant je suis tombée sur une émission où ils parlaient je crois de Los Angeles, et des fouilles etaient effectuées sur un site. L'archéologue donc présentait les vestiges, c'est-à-dire un mur datant du... 18e siècle. Ils en discutaient comme nous on évoquerait des restes de la préhistoire ou vieux au moins de l'antiquité. Différence culturelle donc, dû à l'histoire et la date de naissance du pays.

    D'un autre côte si personne ne fait du numérique, le numérique ne pourra jamais se développer. Je peux comprendre ceux qui souhaitent développer ce média. 

    On peut quand même partager un livre électronique : par usb, ou en prêtant la liseuse.
  • La solution pour les lecteurs NP qui veulent lire sur papier est peut-être de télécharger le PDF et de l'imprimer chez eux ?
    Le coût d'impression ne devrait pas être prohibitif, de cette façon ils impriment uniquement si les premiers chapitres leur plaisent. Ils ne paient pas pour un livre qui ne leur plait pas. D'ailleurs certains le font peut-être déjà ...
  • C'est le mieux oui. Et de toute manière ceux qui veulent imprimee trouveront toujours un moyen de le faire...
  • Nakãra a dit :
    C'est le mieux oui. Et de toute manière ceux qui veulent imprimee trouveront toujours un moyen de le faire...
    Tu veux parler de ce qui s'est passé au niveau de l'imprimante au siège d'une multinationale hélevète ? Où alors dans une collectivité locale à quelque part dans le "Grand Est" ? ;)
  • les deux
  • Ah bah bravo ! Je vois que personne ne se préoccupe de la planète !
  • Nakãra a dit :
    Ah bah bravo ! Je vois que personne ne se préoccupe de la planète !
    Imagine... une plaine recouverte de maïs (cultivé à coup de pesticides), avec un vieux paysan tenant sa Winchester, déclamant : Ici on chasse les nuisibles... les lapins, les taupes... et les écolos ! Tu vois un peu le genre...

    Et si cette scène était réelle, à moins d'un kilomètre du siège de la collectivité locale précitée ?
  • Le maïs, dont la culture est aussi l'une de celles nécessitant le + d'eau aussi. 

    Mais s'il chasse les nuisibles, ne devrait-il pas commencer par lui-même ?  :#
  • Nakãra a dit :
    Le maïs, dont la culture est aussi l'une de celles nécessitant le + d'eau aussi. 

    Mais s'il chasse les nuisibles, ne devrait-il pas commencer par lui-même ?  :#
    Mais c'est chez nous qu'on a la plus grande "Nappe frénétique" d'Europe, qu'ils disent (si si, ils disent bien frénétique !).
    Et oui, s'il chassait vraiment les nuisibles...
  • La nappe frénétique... et encore, ils parlent de la nappe de cuisine sur la table j'imagine bien ?
  • Nakãra a dit :
    La nappe frénétique... et encore, ils parlent de la nappe de cuisine sur la table j'imagine bien ?
    Non non, ils parlent bien de celle dans laquelle ils pompent l'eau. La nappe de la table, c'est "la nappe où c'est qu'on bouffe" !
  • La nappe frénétique donc...
  • Pour ma part, je préfère largement un bon bouquin papier, mais je reconnais qu'en voyage la liseuse est particulièrement pratique, elle permet d'emporter plusieurs livres numériques en vacances par exemple, sans s'encombrer.

  • Pour ma part, je préfère largement un bon bouquin papier, mais je reconnais qu'en voyage la liseuse est particulièrement pratique, elle permet d'emporter plusieurs livres numériques en vacances par exemple, sans s'encombrer.

    Je suis partagé... mon problème est que je manque surtout de temps pour lire, sur papier où sur écran.

    Cela dit, le livre électronique à plein d'avantages :

    - Son tirage n'est jamais épuisé.
    - Il tient sur un bout de clé USB.
    - Sa durée de vie est infinie (sauf s'il est DRMisé).
    - Il ne consomme pas de papier.
    - Il est très pratique pour les non voyants, car il s'adapte autant à leurs plages braille qu'à la synthèse vocale. J'ai une amie dans ce cas, et elle n'a jamais eu un tel accès à la culture que depuis l'émergence de l'e-book.
    - enfin last but not least : il a quand même sérieusement démocratisé l'auto-édition... une alternative séduisante pour tous ceux qui voient leur manuscrit échouer ici, parfois à deux doigts de toucher le Graal éditorial... (quoi, je connais quelqu'un dans ce cas ? ;) ).


  • Je suis une lectrice papier pour les romans déjà publiés.
    Je suis de la vieille école, et quitte à faire hurler, il existe des publications qui œuvrent pour la reforestation, etc.
    Alors, oui, les livres peuvent tenir sur un clé USB, se lire sur une tablette, etc. mais l'ordinateur, la tablette, ou smartphone sont liés, pour moi, à mon activité professionnelle... pas à mes loisirs et passion(s).
    Je possède une bibliothèque assez conséquente autant par mes acquisitions que par héritage familial et j'aime regarder, humer, relire ces ouvrages.

    Il est à signaler que avec les e-books et autres pdf, certains lecteurs pensent que 2,99 euros ou 5 euros sont nettement suffisants pour lire un livre qui, souvent, dépassent les 300/400 pages, et, là, personne ne pense à la rémunération de l'auteur, du travail fourni...
    Le prix du livre est souvent indexé sur le nombre de papier (et d'autres frais, mais là n'est pas la question)... alors, oui, un e-book/pdf ne peut pas avoir le même prix qu'un livre papier mais il n'est pas non plus gratuit. 
    Demandez à un auteur qui a un livre numérique à vendre combien il gagne, et posez-vous la question : "travailleriez-vous pour ce tarif ?"... C'est souvent non...
    En tous les cas, je connais le système et je dois avouer que je suis souvent stupéfiante d'entendre "Ah, mais je peux le trouver gratuite sur le net !"... Tout est gratuit, donc, y compris le travail...  :) 

    Par contre, ici, je lis sur PDF car ce sont des manuscrits en attente de publication... et j'avoue que celui évalué, s'il est publié par les NP, version papier, atterrira sur mes rayonnages. 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.